Archives pour la catégorie Histoire et mémoire

Jules Guesde revisité, par REMI LEFEBVRE

Cette biographie de Jules Guesde offre à la fois une synthèse de grande qualité et propose des pistes d’analyse nouvelles.

A propos du livre de Jean-Numa Ducange, Jules Guesde. L’anti-Jaurès ?, Armand Colin, 2017, 247p, 24,90€
Article paru dans L’OURS 469 (juin 2017), page 5. Continuer la lecture de Jules Guesde revisité, par REMI LEFEBVRE

25 mars 2017 : le traité de Rome a 60 ans !

 

Le 25 mars 1957, à Rome, étaient signés les traités donnant naissance à l’Euratom et au Marché Commun.
Denis LEFEBVRE, journaliste et secrétaire général de l’OURS, interrogé par Henri Lastenouse pour « Sauvons l’Europe »,  revient sur le rôle encore méconnu de
Guy Mollet dans la construction européenne.
Lire cet entretien en suivant ce lien.
Continuer la lecture de 25 mars 2017 : le traité de Rome a 60 ans !

Jaurès, point de vue et méthode, par CLAUDE DUPONT

Ce tome, qui couvre la période 1902-1904, nous permet de découvrir un des épisodes les plus passionnants de la carrière de Jaurès. Étonnant paradoxe : la République est maintenant solidement implantée, le Bloc des Gauches élargit et approfondit le champ d’action de la majorité de Défense républicaine, Jaurès voit son influence s’étendre – il est même élu vice-président de la Chambre – et c’est le moment où il évoque une « crise du socialisme ». C’est qu’avec le succès de la gauche le socialisme français est confronté à un dilemme lancinant qui scandera son histoire : comment faire partie d’une majorité gouvernementale sans perdre son âme et son essence même ? Continuer la lecture de Jaurès, point de vue et méthode, par CLAUDE DUPONT

Samedi 3 septembre 2016, inauguration de la place Robert Verdier à Paris (18e)

Léon Blum et Robert Verdier, 1945.
Léon Blum et Robert Verdier, 1945.

Le samedi 3 septembre 2016, à 10 heures, la place Robert Verdier (1910-2009) a été inaugurée devant le 26, rue Duhesme (Paris 18e) à quelques mètres du siège de la Ligue des droits de l’homme. La ville de Paris rend ainsi hommage à un enseignant et à un militant exemplaire : agrégé de Lettres, enseignant, militant socialiste depuis 1932, syndicaliste, reconstructeur du Parti socialiste dans la Résistance, secrétaire général adjoint du PS SFIO (1944-1946), directeur-adjoint puis directeur du Populaire (1947-1956), député de la Seine (1951-1958), membre fondateur du Parti socialiste autonome (1958), responsable des affaires internationales du Parti socialiste (1969-1971), responsables des affaires internationales de la Ligue des droits de l’homme, président de l’association des amis de Léon Blum, membre de la 14e section du PS. Continuer la lecture de Samedi 3 septembre 2016, inauguration de la place Robert Verdier à Paris (18e)

Il y a 75 ans, le 26 juillet 1941, Marx Dormoy était assassiné.

DormoyMarxSiteSecrétaire d’État à la présidence du Conseil dans le gouvernement Léon Blum, Marx Dormoy a succédé en octobre 1936 au ministre de l’Intérieur Roger Salengro qui s’est suicidé après une campagne de calomnies de l’extrême droite. Il poursuit le combat contre les ligues et les « doriotistes » et se trouve en première ligne contre les Cagoulards du CSAR qui s’en souviendront. 
Continuer la lecture de Il y a 75 ans, le 26 juillet 1941, Marx Dormoy était assassiné.

Arthur Groussier, maçon du socialisme, par Claude Didry

LLefebvre_Groussier’ouvrage que Denis Lefebvre consacre à Arthur Groussier permet à l’auteur d’approfondir la relation discrète, complexe, voire tumultueuse, mais profonde, qui unit sur ses fonds baptismaux, le socialisme français et la franc-maçonnerie.
À propos de Denis Lefebvre, Arthur Groussier, le franc-maçon réformiste, coll. Pollen maçonnique, Conform éd., 2016, 100 p, 10 € Continuer la lecture de Arthur Groussier, maçon du socialisme, par Claude Didry

Alain Bergounioux, « Hommage à Michel Rocard », jeudi 7 juillet 2016

Rocard_IdentitéC’est émouvant de prendre, le premier, la parole pour cet hommage des socialistes à Michel Rocard. C’est surtout un honneur qu’il ait pensé à moi pour y participer. Je crois qu’il voyait, à travers ma personne, un historien.

Car Michel Rocard ne concevait pas l’action politique sans l’inscrire dans le temps long. Il avait parfaitement conscience d’être le maillon d’une chaîne qui venait de loin et devait aller loin, celle des hommes et des femmes de progrès, celle qui porte l’humanisme et qui s’est incarnée au XIXe siècle dans l’espérance socialiste. Continuer la lecture de Alain Bergounioux, « Hommage à Michel Rocard », jeudi 7 juillet 2016

Michel Rocard et l’OURS

« La maîtrise de l’usage des technologies dépend de la capacité culturelle et politique de la société à agir sur elle-même. C’est là que le libéralisme est un mal­heur éthique, dans la mesure où il démobilise la réflexion de la société sur elle-même » nous disait Michel Rocard en 1987 dans un débat organisé à l’OURS le 25 septembre 1987. Continuer la lecture de Michel Rocard et l’OURS

Les Fronts populaires des socialistes, à la Fabrique de l’histoire (France culture)

Semaine « Front Populaire » à la FABRIQUE DE l’HISTOIRE, sur FRANCE CULTURE, du 27 au 30 juin 2016 Visuel_tandem_front_populai
Avec notamment la participation de Frédéric Cépède, Éric Lafon et Jean Vigreux, commissaires de l’exposition « 1936, nouvelles images, nouveaux regards sur le Front populaire », proposée par le musée de l’Histoire vivante et l’OURS. Le programme est là. Continuer la lecture de Les Fronts populaires des socialistes, à la Fabrique de l’histoire (France culture)

1936-2006 : commémorer le Front populaire, par Frédéric Cépède

Visuel_tandem_front_populai
Histoire et mémoire. D’hier à aujourd’hui, la façon de célébrer l’anniversaire du Front populaire renseigne sur les relations des socialistes avec leur histoire. Mais, au-delà, qu’en est-il, dans la France de 2006, de la mémoire de la « belle embellie » ? Retour sur le 70e anniversaire, avec cet a
rticle paru dans Recherche socialiste, n°37, en décembre 2006. Continuer la lecture de 1936-2006 : commémorer le Front populaire, par Frédéric Cépède