Archives pour la catégorie Histoire et mémoire

Commémorations nationales : 1969-2019, 50e anniversaire de la naissance du PS ?

Pour 2019, le Haut comité des Commémorations nationales, institué par arrêté du 23 septembre 1998, « qui conseille le ministre de la Culture dans la définition des objectifs et des orientations de la politique des célébrations nationales », a retenu d’inscrire le cinquantenaire de la création du Parti socialiste, à Issy-les-Moulineaux, début juillet 1969. Ce choix surprendra certainement les socialistes eux-mêmes, qui retiennent plutôt de cette fameuse année célébrée par Serge Gainsbourg les 5 % obtenus par Gaston Defferre au premier tour de l’élection présidentielle (événement non retenu par le Haut comité aux commémorations).(article publié en février 2018) Continuer la lecture de Commémorations nationales : 1969-2019, 50e anniversaire de la naissance du PS ?

Léon Blum, féministe dans son genre, par ERIC LAFON

Léon Blum était-il féministe  ? Qui peut encore s’interroger, sinon l’historien. En l’occurrence, ici, un jeune historien, Antoine Tarrago, lequel souligne, en introduction, la publication de nombreux travaux (biographies, études et articles, ouvrages généraux d’histoire) sur la pensée et l’action de ce dirigeant socialiste à l’aune de l’histoire ouvrière et sociale, de l’histoire politique du socialisme. Toutefois, peu (Christine Bard, Christophe Prochasson) ont étudié Léon Blum par le biais de l’histoire du féminisme. Cette approche pourrait être une réponse directe à la question. (à propos du livre d’Antoine Tarrago, Léon Blum et l’émancipation des femmes, préface de Christine Bard, Tallandier, 2019, 288p, 19,50€) Continuer la lecture de Léon Blum, féministe dans son genre, par ERIC LAFON

À nos grands hommes…, par GILLES CANDAR

Voici un ouvrage important : plus de 600 pages et de 260 illustrations consacrées à un peuple de statues, édifiées en France depuis deux siècles. L’historienne Jacqueline Lalouette s’est intéressée à la célébration des grands hommes et aux sculptures qui leur ont été érigées dans l’espace public, qu’elles aient été conservées jusqu’à nous ou aient disparu.
A propos du livre de Jacqueline Lalouette, Un peuple de statues. La célébration des grands hommes, Mare et Martin, 2018, 608p, 47€ (article à paraître dans L’OURS 487, avril 2019). Continuer la lecture de À nos grands hommes…, par GILLES CANDAR

En relisant Jean Jaurès, par CLAUDE DUPONT

2014, l’année Jaurès fut l’occasion d’expositions, de conférences et de rencontres multiples. C’est une anthologie de causeries tenues alors que nous présente Vincent Duclert, nous donnant ainsi la possibilité de faire le point sur des leçons de Jaurès qui restent d’actualité. À un moment où il est légitime de s’interroger sur la survie de la social-démocratie, il est opportun de rappeler les promesses que le socialisme annonçait au monde, par l’intermédiaire de son plus puissant porte -parole, dont les textes superbes rappellent que la totalité du socialisme n’est sans doute pas enfermée dans les divers régimes qui ont prétendu l’incarner.
Continuer la lecture de En relisant Jean Jaurès, par CLAUDE DUPONT

Mandela, une vie, des voix, par FRANCOISE GOUR

« Rolihlahla », « Madiba » « Dalibhunga » : toute la destinée de Mandela tient dans ses trois noms. Fabrice d’Almeida interroge dans un récent que sais-je ? les combats exceptionnels d’un homme qui passa de la prison à la présidence de l’Afrique du Sud. Un récent documentaire sur Le procès de Mandela et des autres ouvert en 1963 lui redonne la parole. A propos du livre de Fabrice d’Almeida, Nelson Mandela, Puf, Que sais-je ?, 2018, 127p, 9€ (article à paraître dans L’OURS 482, novembre 2018, page 7) et du documentaire Le Procès de Mandela et des autres. Continuer la lecture de Mandela, une vie, des voix, par FRANCOISE GOUR

60e anniversaire de la constitution de la Ve République. Document : le témoignage d’André Chandernagor publié dans Recherche socialiste en 2008.

En septembre 2008, L’OURS hors série Recherche socialiste n°43-44 a publié un dossier consacré au 50e anniversaire de la constitution de 1958, vu du côté des socialistes. On peut y lire des articles de Gérard Grunberg (Le Parti socialiste et les institutions), Bernard Rullier (Les débats constitutionnels du Parti socialiste) et Denis Lefebvre (Guy Mollet et les socialistes en 1958). Parmi les documents proposés, un long entretien accordé par André Chandernagor à Denis Lefebvre à (re)découvrir ici. Continuer la lecture de 60e anniversaire de la constitution de la Ve République. Document : le témoignage d’André Chandernagor publié dans Recherche socialiste en 2008.

Rosanvallon et les voies de la gauche, par ALAIN BERGOUNIOUX

Que la question du « populisme » soit celle qui polarise aujourd’hui le débat politique et concentre, de plus en plus, les recherches en science politique ne peut qu’interroger sur ce qui « nous » est arrivé, à toutes celles et à tous ceux qui, par delà leurs différences et leurs oppositions, ont porté (et portent) un projet d’émancipation démocratique. C’est le sens du « notre » du titre du dernier ouvrage de Pierre Rosanvallon, Notre histoire intellectuelle et politique  (1968-2018) (Seuil, 2018, 431p, 22,50€). Article paru dans L’OURS 481, septembre-octobre 2018. Continuer la lecture de Rosanvallon et les voies de la gauche, par ALAIN BERGOUNIOUX

Édouard Vaillant, entre Révolution et République, par GILLES VERGNON

Un an après la parution d’une belle biographie de Jules Guesde par Jean-Numa Ducange, c’est dans la même collection que Gilles Candar, spécialiste reconnu de l’histoire du socialisme, nous propose celle d’Édouard Vaillant. Le « troisième homme », avec Jaurès et Guesde, du socialisme français d’avant 1914, est sans doute le moins connu de la trilogie.
à propos du livre de Gilles Candar, Édouard Vaillant. L’invention de la gauche, Armand Colin, 2018, 248p, 19€ (article paru dans L’OURS 481, septembre-octobre 2018, p. 7.) Continuer la lecture de Édouard Vaillant, entre Révolution et République, par GILLES VERGNON

II y a 99 ans, Le Populaire de Paris inventait la fête de l’Humanité !

Prévue le 8 juin 1919, la première grande fête champêtre organisée par le comité central des groupes d’amis du Populaire s’est finalement tenue dans les bois de Garches, le 22 juin. Théâtre, concerts, bals, causerie, sports (courses à pied, 3.000 mètres, et boxe), jeux divers,  cette première fête socialiste de l’après-guerre a réuni – selon le quotidien socialiste du soir – près de 10 000 camarades. Ils ont pu entendre les discours de Jean Longuet et de Paul Faure, mais ils ont appris l’absence de Marcel Cachin, le directeur de la rédaction de L’Humanité. Une série de 8 cartes postales, confiées à l’OURS par Philippe Catonné, petit-fils d’Amédée Dunois,  journaliste au Populaire et à l’Humanité redonne vie à cet événement1.
Continuer la lecture de II y a 99 ans, Le Populaire de Paris inventait la fête de l’Humanité !

Militer à la SFIO dans l’Algérie coloniale, par QUENTIN GASTEUIL

La rencontre entre le mouvement socialiste et les enjeux coloniaux reste un champ peu investi, que l’on s’intéresse à la métropole ou aux territoires sur lesquels elle exerce sa domination. De fait, Claire Marynower apporte une contribution précieuse à ce domaine de recherche en interrogeant les dimensions multiples d’un engagement professé et vécu en terre algérienne. A propos du livre de Claire Marynower, L’Algérie à gauche (1900-1962). Socialistes à l’époque coloniale, PUF, 2018, 270p, 22€ (Article paru dans L’OURS n°479, juin 2018, page 7) Continuer la lecture de Militer à la SFIO dans l’Algérie coloniale, par QUENTIN GASTEUIL