jeudi 28 octobre 2021
Home Actualité Le socialisme au plus haut, par JEAN-WILLIAM DEREYMEZ

Le socialisme au plus haut, par JEAN-WILLIAM DEREYMEZ

à propos du livre de Jean Excoffier, Chronique d’un siècle et demi de socialisme en Haute-Savoie, préface de François Thimel, L’OURS, 2020, 110p, 10€

Article à paraître dans L’OURS 505, février 2021

Nul n’est mieux placé que Jean Excoffier pour retracer l’histoire des socialistes de Haute-Savoie : instituteur haut-savoyard, en poste durant vingt-huit ans à Annecy, il adhéra au Parti socialiste en 1978, après avoir milité au SGEN-CFDT, dont il fut un des responsables départementaux et même nationaux. Secrétaire fédéral de 1997 à 2008, il connut l’organisation de l’intérieur, occupant également des fonctions d’élu, au conseil municipal d’Annecy durant un quart de siècle, au conseil régional durant huit années. Un parcours complet donc de responsable départemental, avec vue sur la fédération de l’intérieur mais aussi de l’extérieur dans les assemblées élues. J. Excoffier s’était déjà illustré par un Dictionnaire des maires et élus de Haute-Savoie#.

Pour cette chronique, l’auteur a choisi, après une courte présentation des origines, qui montre le rôle de Genève dans la genèse et celui d’un personnage injustement oublié, Edgard Milhaud, une chronologie menant de 1905, date de la naissance de la SFIO, à 2020, ce qui permet de suivre, année par année, l’histoire des socialistes d’une manière très claire. Cependant, ce choix tend à privilégier les aspects électoraux, malgré la présence de tableaux (par exemple des votes sur les motions des congrès nationaux, malheureusement en partie illisible), de graphiques (effectifs, vote socialiste aux diverses élections), de listes (des secrétaires), négligeant quelque peu les aspects internes. Qu’en est-il ainsi de la sociologie des adhérents dans un département longtemps rural ? De la structure par âges des mêmes ? De l’implantation, vue cependant parfois dans la chronologie : cela aurait sans doute été possible au vu de la modestie des effectifs (100 à 300 adhérents), sauf en 2012 année qui vit la fédération approcher le millier d’encartés.

Un département original
Ces réserves faites, l’ouvrage ne peut que séduire par son utilité tous ceux qui s’intéressent à l’histoire (et au présent) du Parti socialiste dans ce département alpin et en France. Un département original dans lequel, sous la Ve République, aucun député socialiste ne put être élu, à l’exception de l’année 1986 grâce à la proportionnelle, mais année qui vit aussi, principalement du fait du « parachutage » de D. Strauss-Kahn, naître une fronde aboutissant à une scission. Sous les IIIe et IVe Républiques deux députés haut-savoyards furent élus, l’un sous la bannière du Bloc des gauches en 1924, l’autre grâce aux apparentements en 1951. Si le conseil général ne compta guère plus de deux ou trois socialistes, à l’exception des années 1945 (8) et 1979 (6), les conseillers municipaux et les maires furent plus nombreux et, en 2020, la ville d’Annecy, fief des centristes, passa aux mains d’une coalition écologistes-socialistes-LREM ; il est vrai que les abstentions dépassaient 65 % des inscrits et que l’écart final ne s’élevait qu’à 27 voix.

Une nouvelle fois, cet ouvrage mérite de figurer dans la bibliothèque de tous ceux qui s’intéressent au Parti socialiste, et à la Haute-Savoie.

Jean-William Dereymez

Cet ouvrage peut être commandé à l’OURS : ajouter 2 € pour les frais de port.

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments