vendredi 17 septembre 2021
Home Actualité À la santé de Brendan Behan, par Sylvain Boulouque

À la santé de Brendan Behan, par Sylvain Boulouque

Un texte passionnant, une littérature coup de poing. Un peu comme la vie de l’auteur qui est en elle-même un roman, tant cet homme a eu du mal à se plier aux ordres, à tous les ordres, même aux siens… Cette autobiographie du dramaturge irlandais va au-delà du simple récit narratif. Outre ses qualités d’écriture, elle contient une force descriptive qui fait de lui un écrivain génial. Il représente en outre la dimension sociale de la cause nationaliste irlandaise. (À propos de Brendan Behan, Confessions d’un rebelle irlandais, L’Échappée, 2021, 336p, 22€)

Né en 1923 à Dublin, Behan a du mal avec l’autorité. Il abandonne vite l’école, refusant de se plier aux injonctions du maitre bet rejoint le mouvement indépendantiste irlandais. À seize ans, alors que la direction de l’IRA ne lui a rien demandé, il se rend en Angleterre et, de sa propre initiative, tente de faire sauter les docks de Liverpool. La police l’arrête avant qu’il ait pu mettre son plan à exécution. 

Ces « confessions », publiées en 1964, font suite à un précédent livre (The Borstal Boy (1958) publié en français sous le titre Un Peuple partisan, Gallimard, 1960) sur sa condamnation et son enfermement dans une maison de correction en Angleterre. Libéré après trois ans de détention, il retourne en Irlande. Une fois sur place, Behan également poète, dramaturge, chanteur et amateur d’alcool évoque ses pubs, sa musique. Il décrit longuement sa passion – voir son addiction – pour ces différents breuvages. Mais, c’est surtout la révolte contre l’occupant anglais qui occupe la réflexion et les souvenirs du militant irlandais. Le récit, comme une conversation dans un pub en fin de soirée, mélange les genres, tantôt anticlérical, tantôt catholique. Par moment, il fait dans l’apologie de la violence et à d’autres – rares – se transforme en apôtre du pacifisme. Enfin, c’est une description passionnant de l’Irlande à la fois pauvre et révoltée… L’auteur est emporté par sa passion et ses excès en 1964. 

En outre l’éditeur a réalisé un bel objet mélangeant à l’image de Behan les couleurs de l’Irlande et un de ses symboles : une belle pinte…. 

Sylvain Boulouque

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments