mardi 3 octobre 2023
Home Actualité « Être socialiste, en France et en Italie, par FRÉDÉRIC CÉPÈDE

« Être socialiste, en France et en Italie, par FRÉDÉRIC CÉPÈDE

Alors que les partis de gauche en général et les socialistes en particulier sont en crise dans de nombreux pays européens et que la question se pose des conditions d’une reconstruction – ou d’une refondation, peu importe le terme –, et des alliances possibles, il peut être utile et enrichissant de se plonger dans cette histoire précise et minutieuse du « réveil » des socialistes français et italiens au sortir de la Seconde Guerre mondiale. (a/s Virgile Cirefice, « L’Espoir au quotidien ». Cultures et imaginaires socialistes en France et en Italie (1944-1949), École Française de Rome, 2022, 580p, 35€)

Cet ouvrage de Virgile Cirefice, agrégé d’histoire, ancien élève de l’ENS de Lyon et membre de l’École française de Rome, est issu de sa thèse soutenue en 2018. Comme l’explicite le sous-titre de sa recherche, il questionne les « cultures et imaginaires socialistes en France et en Italie de 1944 à 1949 ». Cette courte séquence est bornée par le redémarrage de ces deux organisations et, pour l’Italie, par la scission du Parti socialiste italien (PSI) et son exclusion du mouvement socialiste international en reconstruction, pour la France par la fin de la participation de la SFIO aux gouvernements. Pour se faire, il a retenu, pour l’accès à leurs archives et les travaux qu’elles ont suscités, trois fédérations de la SFIO chargées d’histoire – celles du Nord, des Ardennes, et du Tarn – et celles de trois régions d’implan­tation du PSI en Italie, les provinces de Milan, Arezzo et Bari. 

Cette histoire véritablement croisée des deux formations nationales se nourrit donc de la perception qu’en ont ses acteurs, des simples militant aux chefs des partis, du local aux niveaux national et international. Les liens entre elles sont forts, forgés lors du long exil des chefs socialistes italiens en France et par la lutte antifasciste. Le peuple italien est perçu alors comme un peuple frère, n’at-il pas été la victime de Mussolini comme le peuple français l’a été de Pétain et des Allemands ? Au fil des mois, la SFIO et le PSI sont confrontés à des partis communistes puissants et conquérants, qui provoquent des deux côtés des Alpes, confrontations et scissions. Ils choisiront des voies différentes, le PSI soutenant le PCI, la SFIO luttant contre le PCF. 

Virgile Cirefice écrit avec clarté et précision, toujours dans la recherche du mot et de l’expression justes pour répondre aux questions posées. Le plan suivant suivi est parfaitement équilibré : chaque chapitre compte une cinquantaine de pages, introduit par les points qui y seront abordés et conclu en les résumant pour introduire le suivant. Après les deux premiers (Reconstruire ; Révolution et République) qui campent le décor du rôle de la SFIO et du PSI dans la restauration de la République dans leur pays, les quatre suivants (Producteurs et parasites : lectures socialistes du monde ; Autoportrait en parti ouvrier ; Socialisme et religion ; Militer) offrent une véritable exploration de ce que veut dire « être socialiste » (jusqu’au comportement individuel où l’exemparité est requise).

Horizon révolutionnaire
L’importance des sources consultées (circulaires, textes de congrès, correspondances, mémoires, chansons, affiches, dessins de presse… ) et restituées ici (les sources italiennes étant traduites, ce qui facilite la lecture), et le recours fréquent à des illustrations parues dans la presse socialiste locale et nationale des deux partis permet de mesurer la proximité de leurs univers politiques et culturels, que ce soit par exemple dans le rapport au capitalisme (stéréotypes dans la représentation du capitaliste, du bourgeois contre le prolétaire…) ou à la religion (connivence du clergé avec le capital…). Tout cela concourt à l’intérêt de ce remarquable travail, qui chemin faisant, dresse une sorte de portrait du militant socialiste français et de son camarade italien et de leurs partis, pas si différents et porteurs alors des mêmes espoirs d’une République sociale qui ne perd pas de vue l’horizon « révolutionnaire ». On le mesure dans le culte des anciens, et notamment dans le rapport aux martyrs, Jean Jaurès ici, Giacomo Matteotti là, assassiné en juin 1924 : ils incarnent pour les militants par leurs parcours et leurs sacrifices « la capacité du dirigeant [socialiste] à faire don de sa vie presque volontairement […] et ainsi à ennoblir le socialisme ». Difficile ici de rendre compte de la diversité et de la richesse des exemples pris par l’auteur dans les différentes fédérations – dont il présente les acteurs et positionnement dans leur parti – pour nourrir sa démonstration.

Les deux derniers chapitres (Des partis encore frères ? Les divisions du socialisme européen aux débuts de la guerre froide ; Conflictualité et guerre froide) analysent la rupture entre les deux partis, qui vont s’invectiver par voie de presse. Pour Robert Verdier, le PSI est « bolchevisé », et pour L’Avanti !, « le Populaire délire chaque matin sur le péril communiste ». Nenni coupe toute relation avec ses ex-camarades français, Blum notamment. Le Parti socialiste des travailleurs italiens (PSLI) de Saragat, scission du PSI, prend modèle sur la SFIO, lui empruntant les trois flèches pour son logo. Dans le même temps, à la gauche de la SFIO, Virgile Cirefice signale le rôle de Jean Rous, fin connaisseur de l’Italie, dans le maintien des liens avec le PSI à la recherche de soutiens. Le rôle de la SFIO dans la réunification du socialisme italien à la fin des années 50 signale aussi la permanence des liens, et les enjeux qu’ils revêtent au plan international.

Au-delà de l’histoire des rapports entre SFIO et PSI, c’est bien la culture socialiste qui est ici interrogée à nouveaux frais et au plus près des sources. L’historien conclut sur les tensions entre un « socialisme antagoniste », dont les tenants sont moins enclins au compromis et qui éprouvent « une fascination pour le mouvement social » et un « socialisme humaniste », plus démocrate, et favorable au compromis. Où l’on retrouve l’éternelle question de la diversité de la famille socialiste et des conditions de son unité.

Frédéric Cépède
Article paru dans L’ours 524, janvier 2023.

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments