Les archives de Germaine Degrond (1ère femme secrétaire d’une fédération socialiste)

Germaine Degrond (1894-1991), nouvelliste, journaliste au Populaire, militante et propagandiste socialiste, fut membre suppléante de la commission administrative permanente (CAP) du Parti socialiste SFIO en 1937-1938. En août 1938, elle succéda à Eugène Descourtieux à la direction de la fédération socialiste de Seine-et-Oise, première femme à exercer cette responsabilité dans la SFIO.

Germaine Degrond est la fille de Jules Degrond (1852-1934), ingénieur à la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest, militant laïque et républicain d’origine bourguignonne. Il avait adhéré tout d’abord à la fédération radicale-socialiste, puis avait rejoint le Parti socialiste. Sa mère, sans profession, était d’origine paysanne bretonne. Elle connut toute petite Émile Zola qui venait rencontrer son père. Jules Degrond est entré au conseil municipal de Vernouillet en 1899 où il a joué un grand rôle jusqu’en 1932, ayant même été quelques semaines maire en 1908, et refusé de l’être à plusieurs reprises.
Germaine Degrond obtient son brevet élémentaire et suit une formation de sténodactylo et de comptabilité au cours Pigier. Collaboratrice à La Voix des Femmes, elle adhère au parti socialiste en 1916 sur une ligne pacifiste, proche de Marcelle Capy et de Pierre Brizon.  Dès cette époque, elle publie des poèmes et des contes dans des revues littéraires de gauche. Mariée, elle milite dans une section de grande banlieue jusqu’à 1930. Elle divorce en 1930 avec deux enfants à charge, reprend son nom de jeune fille et s’installe à Paris. Secrétaire fédérale en Seine et Oise de 1938 à 1940, elle est rédactrice de la page féminine du journal Le Populaire. En 1940 sur dénonciation, elle est perquisitionnée par la Gestapo, mais elle a pu dissimuler des archives fédérales et brûler des milliers d’adresses en mai 1940. Elle est organisatrice du réseau « Ceux de la Résistance ».  Elle est décorée de la croix de combattant volontaire de la Résistance.
Elle est élue députée de la Seine-et-Oise en 1945 et le restera jusqu’en 1958. Présidente de la commission du ravitaillement de 1945 à 1949, elle s’intéresse aussi aux questions sociales. Elle tente par différents projets de loi de réguler et de surveiller le marché en particulier les mandataires des Halles, de développer les restaurants sociaux (où se rendent les catégories populaires qui peuvent difficilement accéder au marché noir).
En mai 1958, elle soutient la position de la direction du Parti socialiste. Elle ne se représente pas aux élections législatives convoquées à l’automne pour des raisons personnelles. Elle milite désormais à la base dans la section de Vernouillet. En 1975, elle devient la présidente de l’association des anciens parlementaires socialistes.  En 1982, Michel Rocard lui remet les insignes de chevalier de la Légion d’honneur.
Germaine Degrond avait commencé dans les années 1980 à déposer des photocopies de ses archives à l’OURS. Après sa mort, sa fille, Madeleine Moulin, a finalisé ce dépôt en plusieurs versements et elle a également confié en 2007 à l’Office des archives personnelles sur son mari, Marcel Moulin, résistant, militant socialiste et maire de Vernouillet (Yvelines).
De nombreux documents sont photocopiés et commentés par Germaine Degrond.

1936 : Germaine Degrond en meeting.

10 APO 1 à 5 :

fonds Germaine DEGROND

10 APO 1 : Germaine Degrond : documents personnels, carrière, retraite

Dossier 1 : Documents personnels : acte de mariage et livret de famille de ses parents, contrats de travail, recommandations, testament (1970), quittances de loyer (1941-1944).
Dossier 2 : Germaine Degrond, journaliste : documents sur le syndicats des journalistes socialistes (statuts, cartes de presse de Germaine Degrond, 1930-1983) ; caisse de retraite des journalistes.
Dossier 3 : Ancien combattant : cartes et documents de Germaine Degrond.
Dossier 4 : Décorations : diplôme d’officier Nichan Iftikhar (1950) ; Officier ordre de Léopold (1956 ; chevalier de la Légion d’honneur, 1982 (discours de remise de Michel, lettres de félicitations).
Dossier 5 : Amicale des anciens parlementaires socialistes, 1976-1986 (Germaine Degrond est élue présidente de cette association créée en 1976) : Communiqués, circulaires, comptes rendus d’assemblées générales, exposés présentés (Albert Gazier sur les grèves de 1948, Jean Palmero sur les catholiques et la politique…), listes des anciens parlementaires. Texte de Raymond Gernez, « Le jeu de massacre et la cascade de ministères sous la IVe République », s.d.
– Correspondance (avec copie de quelques lettres ou réponses de Germaine Degrond) avec des membres de l’amicale, 1975-1986 : Jean Courtois, 1975-1984, 13 pièces ; Maurice Deixonne, 1979-1984, 15 pièces ;  Correspondants, classement alphabétique, A-L (Ernest Cazelles ; Marcel Champeix ; Marcel Darou ; Roger Faraud ; Anselme Florand ; Albert Gazier ; Raymond Gernez ; Jean Guitton ; Henri Henneguel ; Augustin Laurent). M-Z (Legendre ; André Le Floch ; Kléber Loustau ; Paule Malroux ; André Maudet ; Jean Minjoz (8 pièces) ; Jules Moch ; Jean Palméro (5 pièces), Christian Pineau ; Victor Provo ; Maurice Rabier ; Eugène Reeb ; Germain Rincent (9 pièces) ; Émile Vivier).
– Correspondance et communiqués divers : Eric Hintermann (à propos de la création d’un autre groupe de députés socialistes opposés au programme commun), Jacques Fauvet, Lionel Jospin (sur la manière dont est traitée l’histoire de la SFIO), François Mitterrand (comité de soutien en 1981), Pierre Mauroy…
Dossier 6 : Les 4 colonnes, groupe des anciens députés : circulaires et correspondances diverses.
Dossier 7 : Éléments biographiques et témoignages divers. Attestations de résistances ; notes diverses de Germaine Degrond.
Dossier 8 : Témoignages divers sur l’histoire du PS : lettres à : Jeannette Brutelle-Duba sur les femmes socialistes, 11 septembre 1972 : à Guy Mollet sur l’origine des 3 flèches, 20 octobre 1972 ; 2 lettres de et 2 lettres à Charles Sowerwine à propos de ses recherches sur les femmes socialistes, 1972, 1973, 1982 ; lettre d’Eric Nadaud a/s de sa thèse sur La Bataille socialiste, 24 septembre 1984 ; 2 lettres de Stéphane Clouet a/s de sa thèse sur Révolution constructive, 1985. Divers documents sur l’histoire du PS SFIO  (à signaler : texte ronéoté d’une conférence faite par Roger Faraud, député de Charente-Maritime, en 1953, sur « le vrai visage de la Résistance », 40 p ; texte d’Augustin Laurent sur Roger Salengro (1976) ;

10 APO 2 : Germaine Degrond, militante socialiste de Seine-et-Oise, SFIO, 1930-1982
Dossier 1 : Le travailleur, organe de la fédération socialiste de Seine-et-Oise : supp. au n° 8 septembre 1930 (Congrès fédéral du 12 octobre 1930, congrès administratif, rapports) ; n°43, juin 1932 ; (manuscrit de l’intervention du secrétaire fédéral (Eugène Descourtieux » aux congrès fédéral et national de juillet 1933 ; Le travailleur, 7e année, n°86, juillet 1937 (congrès administratif du 25 juillet 1937, rapports) ; n°90, mai 1938 (congrès fédéral d’information du 22 mai 1938) . (Voir aussi la collection dans la presse générale)
Dossier 2 : Bulletin d’information, Parti socialiste SFIO, fédération de Seine-et-Oise, publication mensuelle, 1938 : n°1 (septembre) ; 2 (octobre) ; 4 (novembre) ; 1939 : 4 bis (janvier), 5 (février), 7 (avril), 10 (juillet).
Dossier 3 : Congrès de Royan du PS SFIO, 1938 : dossier de presse.
Dossier 4 : Correspondance essentiellement durant la guerre (lettres originales et photocopies) :
– Bracke (10 lettres) : 1935 ; 14 novembre 1941 ; 12 juin 1942 ; 2 février 1943 ; 29 mars 1943 ; 13 janvier 1944 (lettre de transmission de G. Degrond à Guy Mollet, 1970) ; 23 octobre 1945 ; 15 octobre 1947 ; 15 janvier 1948 ; 23 octobre 1948.
– Suzanne Buisson (4 lettres), 1942-1943.
– Amédée Dunois, 1 message 19 novembre 1943.
– Gérard, fédération de Seine-et-Oise, maire de Livry-Gargan : 2 lettres à propos de son maintien à la tête de la municipalité de Livry-Gargan durant la guerre ; commentaires de Germaine Degrond et de Bracke sur cette attitude.
Suzanne Lacore (6 lettres) [non datées 1940-1944].
– Pierre Métayer (2 lettres), 1943, prisonnier.
Docteur Oguse, 8 février 1943.
– Raymond Rose, 1943, prisonnier.
– Jean Zyromski (8 lettres), 1941-1945.
Dossier 5 : Documents divers, avant-guerre1.
Notes sur un article du Populaire du 10 février 1935 intitulé « La marche à l’unité », analysant les rapports PS-PC (notes de 1980).
Article de Germaine Degrond « Confiance en nous », [1938, après les accords de Munich].
Dossier 6 : Réorganisation de la fédération socialiste de la Seine-et-Oise.
Note manuscrite de Germaine Degrond sur son action dans la fédération de Seine-et-Oise, s.d. ; lettre de Jean Labeur, maire désigné de Sannois, 11 septembre 1944 ; procès verbal de la réunion du bureau fédéral de Seine-et-Oise, 14 septembre 1944
Rapport présenté par Germaine Degrond à la conférence d’information de la fédération de Seine-et-Oise, 1944.
Copie du rapport de l’activité de la commission exécutive clandestine, juin 1940-août 1944, [par Désiré Moulin].
Dossier 7 : Parti socialiste, crise de mai 1958
– Comptes rendus par Germaine Degrond des réunions du groupe socialiste : 29 mai, 14 h ; 30 mai, 10 h ; 30 mai, 15 h ; 30 mai, 22 h ; 31 mai 15 h ; 3 juin, 17 h. Comptes rendus officiels des réunions du groupe socialiste : 30 mai, 10 h ; 19 juin, après-midi ; 17 juillet 1958 ; 30 juillet ; 17 août ; 18 août.
–  Notes de Germaine Degrond pour son discours d’explication de son vote favorable au général de Gaulle au congrès fédéral de Seine-et-Oise.
Notes d’ambiance et souvenirs de Germaine Degrond sur cette crise.
Documentation du PS SFIO sur la crise de mai.
Assemblée nationale, compte rendu analytique des séances du 15 mai, jeudi 29 et samedi 1er juin.
Dossier 8 : Parti socialiste, fédération de Seine-et-Oise, 1976-1982. Documents divers (discours sur la tombe de Marcel Sembat, 1948).

10 APO 3 : Germaine Degrond, députée de Seine-et-Oise, travail parlementaire 1945-1958
Dossier 1 : Commission ravitaillement, 1946-1950 : documents sur le COFEI (coopérative française d’importation exportation, création de la SFIO), rapports, notes.
Dossier 2 : La réforme des Halles, 1946-1953 : dossier de presse, propositions de loi, etc.
Dossier 3 : Travail parlementaire, 1946-1958 : propositions, projets de loi, rapports déposés par Germaine Degrond (à signaler : alcoolisme).
Dossier 4 : Travail parlementaire, 1946-1958, suite : à signaler plainte en diffamation contre le PC, 1953 ; manuscrit de l’intervention de Germaine Degrond sur la situation en Hongrie, 1956 ; Courrier à propos du proposition de loi que Germaine Degrond a fait adopter sur le droit des enfants adultérins.
Dossier 5 : Affaires pénitentiaires : « quelques affaires » conservées par Germaine Degrond (elle a brûlé les autres, écrit-elle) dans lesquelles elle est intervenue.
Dossier 6 : « Intimidations ». Courriers reçus par Germaine Degrond au moment de la crise de la CED et en 1958.
Dossier 7 : Groupe parlementaire franco-belge (Germaine Degrond préside ce groupe) : photographies, correspondance, 1958-1959.
Dossier 8 : Missions parlementaires à l’étranger, documentation diverse : Danemark (septembre 1946), Allemagne-Berlin (mars 1950), Italie (juin 1952), Autriche (septembre 1952), Finlande, août 1955, Thaïlande (novembre 1956).
Dossier 9 : Documents divers : caricatures, menus de repas, carte de député, bulletins de vote, documents sur le vote à Versailles pour l’élection du président de la République en 1953, professions de foi 1956.

10 APO 4 : Germaine Degrond, journaliste, nouvelliste, écrivain
Les numéros de l’hebdomadaire La Voix des femmes. Politique, sociale, Scientifique, Artistique dans lesquels sont publiés des nouvelles (courtes) de Germaine Buray-Degroud (sic) sont classés à part, avec les collections de presse conservées par l’OURS. Il s’agit des n°10 (2 janvier 1918), 11 (9 janvier), 12 (16 janvier), 16 (13 février), 17 (20 février), 19 (6 mars 1918), 23 (3 avril), 34 (4 juillet), 40 (3 octobre).

Dossier 1 : Poésies
Poème paru dans le n° de mai 1927 de la revue Poésie, Cahiers mensuels illustrés.
Poème paru dans le n°8 (Août-septembre 1927) de la revue La mère éducatrice. Revue mensuelle d’éducation morale, familiale et humaine (Madeleine Vernet).
Au fil des ans, par Germaine Degrond (recueil de poèmes publié à compte d’auteur, 60 pages, achevé d’imprimer le 31 décembre 19472).
Dossier 2 : Contes et nouvelles publiés dans Les Hommes du jour, Le Populaire…
1916 : « Midi ! Le soleil haut dans le ciel… », tapuscrit, 1er article paru dans Les Hommes du jour.
1917 : « Maître Jean Lamy… », tapuscrit, Les Hommes du jour.
1930 : « Propos subversifs », tapuscrit.
1932 : «  Mamans !… », tapuscrit, paru en feuilleton dans Le Populaire en 1932.
« Permission », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, sd.
« Un farceur », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, sd.
« Jean n’a pas de moustache… », coupure de presse, Le Populaire, 18 septembre 1932.
« Gourmandise », coupure de presse, Le Populaire, 26 septembre 1932.
« Maternité », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire,
« Sa maman », coupure de presse, Le Populaire, 24 décembre 1932.
« Conte de noël », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, 30 décembre 1932.
« Patriotisme nocturne », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, 3 avril 1933, republié en juin 1938.
« Un rude voyage », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, 20 juin 1933.
« Retour de foire », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, 3 septembre 1933.
« A peine un conte », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, 25 décembre 1933.
« Sur la grand route », coupure de presse, Le Populaire, 1935
« Premiers tourments », coupure de presse, Le Populaire, 12 février 1936 (signé Yvonne).
« Conte de paques. La vieille Nanette trotte dans sa maison… », coupure de presse, Le Populaire, 12 avril 1936
« Une vengeance », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, mars1937
« Conte de paques. Traînant des galoches un peu grandes… », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, avril 1937.
« Mimille n’aime pas les visites », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, 2 janvier 1938.
« Quand on est maman », coupures de presse, Le Populaire, févier 1938, La République de l’Yonne, 9 février 1938.
« Les Paques de Mademoiselle Aline », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, 17 avril 1938.
« Une élection en Corse », coupure de presse, Le Populaire 20 août 1938.
« Le complot de noël », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, décembre 1938.
« Le beau noël de Mercedes », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, décembre 1938.
« Conte de l’an nouveau», tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire, décembre 1938.
« Noël au cantonnement », coupure de presse, Le Populaire, 25 décembre 1939.
« Nuit de Noël », », tapuscrit, coupure de presse, Le Populaire-Dimanche, décembre 1947.
« Les grotesques en vacances », coupure de presse, Le Populaire, sd
« Le noël de Nenette »», coupure de presse, Le Populaire, sd
Dossier 3 : Tapuscrits de nouvelles
« Simple histoire à l’occasion de Noël », tapuscrit.
« C’était une famille unie, affectueuse… », tapuscrit.
« Sa maman. Mimille a sept ans… », tapuscrit.
« Thibaut n’a pas de chance », tapuscrit.
« Conte de Pâques. René, Denise… Ils s’étaient mariés très jeune … », tapuscrit.
« Histoire d’une nuit chez les Buray » (rayé par GD), tapuscrit.
« Première du canton », tapuscrit.
« Mésaventure », tapuscrit. (« histoire vraie que m’a contée maman… », GD)
« Bibi. Une vie d’enfant », tapuscrit, 21 feuillets numérotés + 8 non paginés.
« Tout le temps que je restais seul… », tapuscrit, 20p.
Signalés comme » histoire vécues…» : « La mésange » ; « Les Hirondelles » ; « L’Hirondelle » ; « Temps de neige » ; « Nuit d’exode » (13/14 juin 1940) ; « Lorsque Tres est revenu de classe… ».
Dossier 4 : Tapuscrits de romans et nouvelles adressés à la librairie Plon (réponse négative de l’éditeur, 6 février 1948).
« D’une jeunesse à l’autre », 91 pages.
« Simple histoire », 49 pages (2 versions légèrement différentes).
« Dans la chambre voisine », 11 pages (2 versions légèrement différentes).

Germaine Degrond, journaliste politique
Dossier 5 : Le Populaire, chronique « La femme, La mode » (coupures de presse souvent non datées).
Dossier 6 : Agence coopérative d’information (C. G. Lagarde), 1953-1957 : Germaine Degrond est pigiste (puis « bénévole »…) de cette agence : tapuscrits de ses articles et extraits non datés des bulletins de l’ACI.
Dossier 7 : « Ecrits de Tunisie », 1953. Tapuscrits et articles rendant compte de son voyage en août 1953.
Dossier 8 : « Divers articles politiques et autres », 1947-1959 : coupures de presse, souvent non datées, l’essentiel des « tribunes » étant parus dans Le Progrès social, Seine-et-Oise, organe de la démocratie et de la pensée libre.

10 APO 5 : Photographies. Documents relatifs à son père, Jules Degrond (1852-1934)
Dossier 1 : Germaine Degrond, responsable socialiste de Seine-et-Oise avant 1940 (photographies de militants de Seine-et-Oise en congrès, Eugène Descourtieux, Émile Gérard-maire de Livry-Gargan, Marceau Pivert, Charles Pivert, Pierre Métayer, Eugène Gaillard, Pierre Louis, Suzanne Buisson et les femmes socialistes, meetings et manifestations au temps du Front populaire. (plusieurs de ces photographies ont été publiées dans Des Poings et des roses, Le siècle des socialistes, La Martinière, 2005).
Dossier 2 : Germaine Degrond, député de Seine-et-Oise (1945-1958) : (photographies de ses missions à l’étranger, conférences de la FAO, conférences internationales, Guy Mollet, Gaston Defferre, Charles de Gaulle, inauguration, Vincent Auriol, Michelle Auriol, Gilberte Brossolette…
Dossier 3 : Portraits et quelques photos familiales.
Dossier 4 : Cahier de poésie (sans doute de son père, Jules Degrond).
Dossier 5 : Photocopies des mémoires manuscrites de Jules Degrond : « histoire de ma vie »), 462 pages avec des pages manquantes et des annexes. Le manucrit, sans doute écrit dans les années 1920, concerne la jeunesse de Jules Degrond, de sa naissance à 1871.

10 bis APO 1

Marcel Moulin

Marcel Moulin (1914-1985), né à Kairouan (Tunis) où son père est instituteur, sort de l’école normale de Tunis en 1933 avec le brevet supérieur. Il rejoint le parti socialiste à 18 ans. Professeur de cours complémentaire jusqu’en 1936, puis directeur d’école il est désigné en 1944 comme officier de liaison administrative au cabinet d’Adrien Tixier, commissaire aux affaires sociales du gouvernement provisoire d’Alger. Avec quatre de ses collègues fonctionnaires du commissariat aux affaires sociales (le commandant Pierre Berne, le capitaine Adrien Sani, et les lieutenants Laurent Barrat et Laurent Préziosi),  le lieutenant Moulin part d’Alger le 25 août 1944 en avion pour rejoindre la Provence et participer à la mise en place des nouvelles institutions. Militant socialiste il est également militant syndicaliste à la CGT puis à Force ouvrière, secrétaire général de l’union des syndicats FO de Tunisie entre 1950 et 1956. Il épouse Madeleine Moulin en 1954, le couple aura deux enfants.
En 1956-1958, il est membre de cabinets ministériels (Maurice Faure, Jean Meunier, Gérard Jaquet). Dans les années 1960 il exerce comme conseiller en techniques d’organisation. Entré au conseil municipal de Vernouillet en 1959, il est élu maire en 1968. Il ne se représente pas en 1983, pour des raisons de santé.
Chevalier de la Légion d’honneur, ses insignes lui ont été remis par Michel Rocard.

10 bis APO 1 : Marcel Moulin (1914-1985)
Dossier 1 : Biographies et résistance. Curriculum vitae divers, témoignages de Laurent Préziosi, Laurent Barrat, sur leur mission en Provence en août 1944.
Dossier 2 : Marcel Moulin, maire de Vernouillet : coupures de presse, 1968-1985 (plusieurs visites de Michel Rocard à Vernouillet).
Dossier 3 : Marcel Moulin, conseiller général socialiste  (1976-1983) : profession de foi, tracts, cartes d’identité de conseiller général, carte de circulation, coupures de presse, affiches, photographies.
Dossier 4 : Jumelage de Vernouillet avec Hainstadt (Allemagne), 1969-1985.
Dossier 5 : Photographies des échanges entre Vernouillet et Hainstadt.
Dossier 6 : Divers documents sur l’histoire de Vernouillet.
Dossier 7 : Photos de Madeleine Moulin 1945-1954. Réunions de la SFIO, cabinets ministériels (Tanguy-Prigent, Guy Mollet), missions à l’étranger (Guy Mollet, Cazelles, Tanguy-Prigent…).

1 « J’ai détruit les listes des adhérents de Seine-et-Oise lors de l’exode, vers Chinon au moment où la bataille de la Loire faisait rage ; ma fille et moi-même nous trouvions avec René Coeylas (dir. du service de presse des finances créé en 1936), sa femme, et 1’employé de son service. Je ne voulais pas que les membres de ma fédération risquent des ennuis si l’on trouvait ces listes. J’avais dissimulé chez ma mère à Vernouillet les drapeaux, mon bureau, la machine à écrire, des dossiers. Les meubles du bureau fédéral devaient être enlevés par le secrétaire des JS Roland Vielat déposés chez son père qui disposait d’un atelier du côté de la République. Pierre Guérin avait déménagé le local clandestin (près de la gare du Nord), enterré à Vélizy dans le jardin de son frère de nouveaux dossiers. Tout a été détruit pas deux bombardements. En 1944, j’ai remis à Pierre Métayer les archives que j’avais pu retrouver, ce qui explique qu’il m’en reste si peu, d’autant qu’après la visite de la Gestato à Vernouillet qui me prit tous les exemplaires de la Bataille socialiste, j’en ai même brûlés pour qu’aucun de mes camarades ne puisse être inquiété pour son appartenance au PS. Ceux qu’ils ont arrêtés ou déportés l’ont été pour leurs activités dans un mouvement de résistance. »

2 Il est signalé par Bruno Fuligni dans son ouvrage L’assemblée littéraire : petite anthologie des députés poètes, Gingko éditeur, 2010, 233 p.