lundi 16 mai 2022
Home Actualité L’histoire de la Collaboration, le travail des historiens, par MILO LEVY-BRUHL

L’histoire de la Collaboration, le travail des historiens, par MILO LEVY-BRUHL

Directeur de recherche au CNRS, Laurent Joly s’est progressivement imposé comme le spécialiste de l’histoire politique de la collaboration française durant la Seconde Guerre mondiale. Auteur de livres et d’articles académiques reconnus des spécialistes, il a aussi fait paraître en 2018 un petit ouvrage à destination du grand public, réédité avec mise à jour et préface inédite en 2020, qui se donne comme une synthèse des travaux consacrés à la politique de persécution mise en place par le régime de Vichy contre les Juifs de France, français et immigrés. (a/s de Laurent Joly, l’État contre les juifs. Vichy,les nazis et la persécution antisémite, édition revue et mise à jour, préface inédite, Flammarion, Champs histoire, 2020, 372p, 10€)

Revenir sur les enjeux historiographiques
À travers sept chapitres thématiques, l’auteur revient sur les principaux enjeux historiographiques liés au sujet : L’antisémitisme de Vichy de 1940 prolongeait-il l’antisémitisme français ou était-il d’importation allemande ? Quelles différences de politiques à l’encontre des Juifs entre les zones occupée et libre de 1940 à 1942 ? Quelle responsabilité française dans la grande rafle du Vel’ d’Hiv’ de juillet 1942 ? Que savaient les différents acteurs politiques et l’opinion de l’extermination ? Le régime de Vichy a-t-il sacrifié les Juifs étrangers pour sauver les Français juifs ? Quelle responsabilité peut-on imputer pour les crimes à l’État et ses agents ? Et enfin, l’épuration a-t-elle ignorée les persécutions spécifiques dont furent victimes les Juifs ?

Les lecteurs n’ignorent pas que certains de ces sujets font de plus en plus l’objet de controverses dans le débat public. Dans la préface inédite qu’il ajoute à cette réédition, l’auteur revient notamment sur les polémiques entretenues par Éric Zemmour à propos du sort des Juifs étrangers et des Français juifs. À la lecture de ce livre, à la redécouverte des conclusions issues du consensus académique qui y sont égrenées, on pourrait trouver paradoxal que les opinions marginales et infondées que relaie le journaliste devenu candidat aient de plus en plus d’écho. Le paradoxe s’éclaire à la lecture de la préface. Laurent Joly rappelle que même les défenseurs du régime de Vichy d’hier ne franchissaient jamais certaines limites ; par exemple « la complicité du gouvernement de Vichy dans la déportation des juifs imposée par les nazis est considérée comme une honte absolue, que l’on ne cherche pas à justifier ». Au-delà de l’historiographie, c’est un surmoi collectif qui pèse sur tous les témoins, directs ou indirects, des évènements. Pour eux, « l’immense transgression, tant vis-à-vis du droit d’asile que des principes moraux et religieux traditionnels, représentée par ces opérations policières, visant des réfugiés placés sous protection française » ne fait aucun doute. 

Controverses actuelles 
Autrement dit, les controverses actuelles sont à ramener à notre présent propre, caractérisé par la disparition des derniers acteurs et témoins de l’époque. À mesure que cette mémoire directe des évènements s’estompe, la mémoire collective se trouve médiatisée par des discours. Or dans cette médiatisation (aux deux sens du terme), le discours de l’historien qui peut se prévaloir de sa scientificité se trouve en concurrence avec des discours politiques qui font un usage instrumental de l’histoire. Zemmour ajoute donc une erreur à ses mensonges : évidemment il ment quand il affirme ce qu’il affirme, mais il se trompe lorsqu’il prétend que la doxa qu’il combat aurait été imposée par des historiens. C’est l’inverse. La vérité historique s’est imposée parce qu’elle était conforme aux affects – y compris de honte et de déshonneur – des contemporains des évènements. Et c’est parce que ces contemporains disparaissent qu’un discours comme celui de Zemmour, qui est lui mensonger, peut surgir. 

Ce contexte historique nouveau donne toute son importance à la publication du livre de Laurent Joly. Alors que le travail historique de ces devanciers, celui de Paxton et Marrus notamment s’était élevé avant tout contre des tabous, des silences, des traumas et des dénégations, celui de la génération de Laurent Joly s’élève contre des révisions, des négations et des instrumentalisations ; en somme, contre toutes les pathologies propres à un discours mémoriel qui perd son rapport direct aux évènements. Notre situation historique fait du travail de Laurent Joly, dans la lignée d’un Vidal-Naquet, le modèle et le symbole d’un changement dans le travail de médiatisation des recherches pour les historiens de la Seconde Guerre mondiale. 

Au-delà du symbole, quel est l’apport principal de cet ouvrage ? Malgré sa petite taille, le livre de Laurent Joly réussit le tour de force d’apporter des réponses aux différentes questions qu’il discute sans jamais éluder la complexité des enjeux. La prouesse est d’abord liée à une maîtrise bibliographique sans équivalent (l’appareil de notes qui représente à lui seul un tiers du livre en témoigne) mais surtout à une impressionnante capacité d’analyse. Car Laurent Joly ne se laisse jamais piéger de mots. « État », « responsabilité », « crime », etc. toutes ces notions ont des contours qu’il est facile d’étendre ou de raidir. Qu’est-ce que l’État ? Ses dirigeants ? Ses fonctionnaires ? L’État de 1941 est-il le même que l’État de 1944 ? Et la responsabilité, jusqu’où s’étend-elle ? Dans ce que prévoit la loi ? Mais quelle loi ? Dans ce que devrait imposer la morale ? Et le crime ? Où se signale-t-il ? Dans l’action criminelle directe ? Indirecte ? Dans la passivité qui permet le crime ? Chacune de ces questions engage un enrichissement du savoir et c’est à ce titre que la fonction du chercheur est en jeu. Laurent Joly en augmentant notre compréhension des phénomènes étudiés remplit son office. 

Le dilemme de l’historien : les risques de la complexité
Mais, il faut le dire, cet enrichissement emporte avec lui un risque. Car il y a quelque chose d’éminemment confortable dans les généralités qui permettent le jugement, là où la complexification ouvre parfois des voies de traverses pour qui nourrit un dessein autre que la recherche de la vérité. Dans un recoin du réel reconstitué, on tire un fait – un point de détail – qu’on érige en modèle, en lieu d’expression d’une vérité et voilà notre dessein politique armé : un tel, un jour, a écrit pour défendre un juif et c’est toute la logique de la collaboration qui se trouve improprement mise en balance. On joue sur les mots, on remplace les concepts par des images et voilà qu’un bouclier, qui est pourtant censé protéger, masque la réalité de décisions politiques qui n’auront jamais cherché à protéger personne, si ce n’est, égoïstement, ceux qui les prenaient. Le fait insignifiant exhumé, le glissement sémantique introduit, sera improprement présenté comme la preuve d’une connaissance méticuleuse d’une histoire dont la trop grande complexité aura rebuté les uns et les autres à prendre position. C’est ici que le dilemme de l’historien qui travaille sur un sujet aussi politiquement chargé se niche : le « C’est plus compliqué que ça » qui guide son action porte en lui un risque… Mais ce n’est pas un hasard si Laurent Joly s’est imposé comme le principal contradicteur d’Éric Zemmour. L’appro­fondissement de nos connaissances et l’amélioration de notre compréhension que son travail permet n’entravent jamais la possibilité pour le lecteur d’un jugement moral et politique. Au contraire, à mesure qu’on avance dans la compréhension des phénomènes, l’abjection et la culpabilité se révèlent plus logiquement de la logique des actions restituée. 

Pour autant, Laurent Joly ne fait jamais de politique. Son travail n’est pas politisé. Aucune idée préconçue, aucun dessein caché… Il ne fait que son travail d’historien. Mais c’est dans l’excellence de son travail que se manifeste la fonction politique de l’historien. Sa double fonction : nous permettre de juger convenablement du passé pour agir en conséquence dans le présent et manifester l’importance pour une société démocratique d’un corps spécialisé chargé d’assister l’exercice de la réflexivité collective. La vérité et la justice en acte. 

Milo Lévy-Bruhl

(article paru dans L’Ours 514, janvier 2022)

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments