mercredi 5 octobre 2022
Home Actualité Les luttes de classes sous l'Ancien régime, par Sylvain Boulouque

Les luttes de classes sous l’Ancien régime, par Sylvain Boulouque

Heureuse est cette réédition de l’ouvrage de Jean Jacques, alias Jean-Jacques Soudeille. L’auteur est connu sous différents pseudonymes allant de son simple prénom à celui de Jacques Perdu dont les éditions Sulliver avaient publié La révolution manquée. (à propos de Jean-Jacques, Luttes sociales au temps des corporations, Spartacus, 2022, 202 p, 13 €

Soudeille est né en 1899 à Lyon dans une famille d’anciens canuts. En 1920, il rejoint le PCF. Nommé  suppléant au Comité central, il est exclu en même temps que Boris Souvarine dont il partage le cheminement intellectuel. Il rejoint le cercle communiste démocratique, tout en échangeant avec d’autres groupes de l’opposition au PCF. Résistant de la première heure, il fonde France liberté et rejoint Franc-Tireur. Un temps délégué à l’Assemblée constituante, il quitte rapidement la vie politique et se replonge avant sa mort dans les analyses sur la lutte des classes sous l’ancien régime. Il meurt en 1951.

Ces ouvrages sont une réponse aux analyses du syndicaliste Hyacinthe Dubreuil et à celles du courant planiste. Le présent volume a été écrit dans les années 1930 et publié originellement par René Lefeuvre, déjà chez Spartacus en 1948, Soudeille ayant complété le texte d’une préface et d’une bibliographie. Il y souligne que les conflits sociaux sont aussi anciens que l’existence de forces sociales antagonistes. Les formes de solidarité ouvrière existent depuis les corporations et le compagnonnage. Les récupérations contemporaines des années 1930 ne diluent pas les affrontements sociaux.


Trois grandes parties scandent l’ouvrage. Les corporations, d’abord, qui assuraient l’exercice de la défense des métiers jusqu’aux décrets Alllarde et à la loi Le Chapelier, même si l’influence des corporations avait décliné depuis le XVIIIe siècle. Les salaires ensuite, les compagnons du travail fixaient leur rémunération. Les conflits de classes et les luttes sociales étaient nombreux. Soudeille multiplie les exemples : les imprimeurs lyonnais et la soierie qu’il développe longuement.

Une synthèse passionnante qui n’a pas perdu son acuité.

Sylvain Boulouque

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments