dimanche 27 novembre 2022
Home Actualité Et pourtant « ils sont morts cent dix fois ! », par...

Et pourtant « ils sont morts cent dix fois ! », par FRANCOIS LAVERGNE

Anarchisme : « La liberté ou la mort ». Le terme « possède une charge affective qui occulte ce qu’il peut représenter dans le domaine des idées et des faits » prévenait notre ami Guy Bordes (1933-2014)1. Ce sont ces « foutues idées » chantées par Léo Ferré (« Les anarchistes », auquel le titre de cet article emprunte son titre) qui ont conduit le lycéen qu’était au milieu des années 80 Sylvain Boulouque sur la piste du « peuple du drapeau noir » dont l’historien qu’il est devenu met en lumière depuis des années l’histoire et les grandes figures, notamment dans ses nombreuses notices pour Le Maitron. (a/s de Sylvain Boulouque, Le peuple du drapeau noir. Une histoire des anarchistes, Atlande, 2022, 246 p, 19 €)

Après une indispensable introduction en forme de rapide égo-histoire (bouquins fondamentaux, rencontre avec Maurice Joyeux, bain culturel, passage à la recherche), Sylvain Boulouque suit son fil rouge : comment un si petit groupe a-t-il fait pour s’adapter et se renouveler ? Dans une approche chronologique, il suit les développements du mouvement dans ses différentes composantes, grandes figures et controverses. Quand, par exemple, face à Proudhon qui propose la liberté fondée sur le contrat et l’association, Bakounine prône la liberté comme un absolu. 


De Proudhon aux blacks blocs

Pour chacun des grands événements et débats (révolution, syndicalisme, anticommunisme, pacifisme, antimilitarisme, féminisme, autogestion…) qui interrogent l’histoire de la gauche, Sylvain Boulouque présente les généalogies des mouvements et tendances à l’œuvre (libertaires individualistes, tenants de la propagande par le fait, pacifistes, ouvriéristes, situationnistes, éducateurs sociaux…) et la variété de leurs pratiques militantes (gilets jaunes et black blocs compris). Il brosse de rapides et précis portraits de centaines de militants politiques, syndicalistes, associatifs, pointant la présence des anars dans la presse et tous les domaines culturels, musique et chansons jusqu’au rock alternatif et au Punk, en littérature, BD, etc. Un peuple du drapeau noir tout en nuances et couleur.

François Lavergne

1– « Regards sur l’anarchie », Guy Bordes (dir.), Cahier et revue de l’Ours, n°159, mars 1985.

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments