lundi 27 juin 2022
Home Actualité Les rescapés de l'épuration, par Jean-Louis Panné

Les rescapés de l’épuration, par Jean-Louis Panné

Christophe Bourseiller nous entraine dans le labyrinthe que forment les groupes politiques collaborateurs ou collaborationnistes (pour reprendre la distinction de Stanley Hoffmann) pendant l’Occupation : des néo-socialistes de Marcel Déat au Rassemblement national populaire, du rayon communiste dissident de Saint-Denis de Jacques Doriot au Parti populaire français, et de la Cagoule de Eugène Deloncle à ses multiples avatars sous l’Occupation (Mouvement social révolutionnaire, etc.)Christophe Bourseiller, Ombre invaincu. La survie de la Collaboration dans la France de l’après-guerre, 1944-1954, Perrin, 2021, 365 p, 23€.

Il justifie la nécessité d’ouvrir cette histoire en remontant à l’avant-guerre et on ne peut qu’approuver sa démarche. Cependant, on aurait aimé une description plus développée de ces courants d’avant-guerre, surtout une analyse de leurs corpus idéologiques qui mêlent discours « révolutionnariste » et réactionnaire. Un exemple : à l’approche de la guerre, Ludovic Zoretti s’oppose violemment à Léon Blum, organise un courant au sein de la SFIO : Redressement socialiste, bascule par pacifisme dans une vision « communautariste » de la question, refusant que des Français meurent pour « 100 000 juifs des Sudètes », dénonçant la propension à céder au « courant stalinien qui pousse à la guerre », pour finir par rallier le RNP. Le « moment Munich » est essentiel aussi pour des militants de l’Action française, résolument hostile à l’Allemagne. Son étude semble donc par là quelques peu « hors sol », le cas de Doriot tel qu’il est traité montrant qu’il serait utile de décrire le cheminement de la « pensée » ou plutôt des mentalités qu’a suscité le grand mensonge soviétique – toute cette histoire ne pouvant s’envisager qu’avec non seulement la prise en considération de l’hitlérisme au pouvoir mais aussi de la présence du totalitarisme soviétique en France, via le PCF, dont les revirements ont suscité un rejet radical. 

Hors du champ de Christophe Bourseiller, le cas des syndicalistes rassemblés par René Belin autour du journal Syndicats, en lutte contre la « colonisation » de la CGT réunifiée, est particulièrement intéressant parce qu’on retrouve d’ailleurs certains d’entre eux dans les différentes organisations vichyssoises ou pro-hiltériennes. Par conséquent, il manque une réflexion sur ce qui sous-tend ce passage d’hommes à l’origine de gauche à la Collaboration. 

En ce qui concerne Doriot, on peut avancer l’idée que, nourri d’une grammaire totalitaire en tant que communiste, il lui était aisé de changer de vocabulaire, en y ajoutant une dimension antisémite forcenée. Il glisse du pacifisme révolutionnaire (léniniste) au pacifisme pro-allemand par anti-communiste. Posons-nous la question : comment se corrèlent pacifisme et anticommunisme ; tenter d’y répondre nous aurait grandement éclairés.

L’anticommunisme comme ciment

Dès lors que, dans l’après guerre, le pacifisme est obsolète et la Collaboration déconsidérée, reste l’anticommunisme qui fédère, peu ou prou, les rescapés de l’épuration, une sorte de fond commun. Mais cet anticommunisme est-il de même nature que précédemment, face à une URSS qui domine la moitié de l’Europe ? Les voilà ces anciens collabos montés au front pour défendre les démocraties, alors qu’Hitler a ramené le soviétisme jusqu’à Berlin. Il me semble que Christophe Bourseiller prête trop peu d’importance aux idées, s’en tenant à une description des réseaux. Peut-on, par exemple, poser une question simple : un ancien collabo peut-il devenir démocrate (et dans son cas rester anticommuniste) ce qu’on conçoit sans difficulté de la part d’un ancien communiste ? 

On me permettra de m’attarder sur le cas de Georges Albertini, bras droit de Marcel Déat, en raison de son rôle auprès de Pierre Juillet et Marie-France Garaud. Son biographe, Pierre Rigoulot, le présente comme ayant été successivement « socialiste, collaborateur, gaulliste ». La présentation sommaire que Bourseiller fait du personnage ne permet pas d’en saisir la complexité, ni de comprendre comment un jeune socialiste peut revendiquer au cours de son procès en collaboration (décembre 1944) son attachement au socialisme de sa jeunesse. Et s’il n’est que légèrement condamné, on ne peut pas ne pas examiner sérieusement la présence de nombreux témoins à décharge rappelant ses interventions en faveur de personnes en danger, même d’adversaires politiques, parmi lesquels : le communiste Guyader ; Ravet, chef FFI de la Mayenne (déposition de Henri Poulaille) ; Wolf Epstein (ancien secrétaire de la IXe section SFIO de Paris, juif sauvé in extremis de la déportation), Jean-Pierre Finidori, jeune résistant sauvé d’une première arrestation (déposition de sa mère) ; Madeleine Riffaud (déposition de son père), et d’autres encore.

Le titre de l’ouvrage, et son sous-titre plus encore, posent problème. Jusqu’où s’étendait cette « ombre invaincue » dont l’origine « lumineuse » l’a bien été vaincue, elle, en 1944. Est-ce bien la Collaboration qui survit en France après-guerre, ou bien simplement des collaborateurs ? Certes, ceux-ci se sont recyclés de diverses manières, certes ces réprouvés se sont serrés les coudes, mais on voit bien qu’il est osé de parler de « survie de la Collaboration » alors qu’on a affaire à des ultra-minorités dont l’influence politique ne doit pas être surestimée dans la France de l’immédiat après-guerre. D’autres phénomènes de longue durée et plus profonds étaient à l’œuvre…

Jean-Louis Panné

NB : À lire également l’article sur ce livre de Sylvain Boulouque dans L’OURS hors-série Recherche socialiste, 96-97, décembre 2021.

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments