dimanche 2 octobre 2022
Home Actualité Le parti socialiste, son programme et ses candidats, par ARTHUR DELAPORTE

Le parti socialiste, son programme et ses candidats, par ARTHUR DELAPORTE

L’ouvrage – issu de la thèse de Rafaël Cos – reste d’une actualité stimulante : il retrace la genèse de la construction des programmes socialistes et, plus largement, les rapports du PS à ses « intellectuels » et experts – de la fin de l’ère mitterrandienne (1995) à la victoire présidentielle de 2012. (a/s de Rafaël Cos, Les programmes du Parti socialiste. Sociologie politique d’une entreprise programmatique (1995-2012), préface de Rémi Lefebvre, Dalloz, 2019, 642p, 65€)

Rafaël Cos évoque dans la première partie consacrée à la description du milieu programmatique socialiste – après une introduction solidement charpentée – le rapport distancié (sinon désintéressé) des socialistes à leur propre histoire. Quand il se demande ensuite s’il existe au sein de l’espace partisan des intellectuels de parti qui pourraient constituer les moteurs de l’activité programmatique, force est de constater que ce vivier est fort restreint et se réduit finalement autour du binôme Bergounioux- Weber qui incarne un quasi-monopole intellectuel sur la quinzaine d’années étudiées. Rafaël Cos en déduit que cette stabilité des positions est liée au caractère faiblement concurrentiel car périphérique ou perçu comme peu stratégique du secteur « études » du PS. De manière plus large, si les secrétariats nationaux – experts sectoriels – peuvent avoir des périodes de production intensive, celle-ci reste relative, conjoncturelle, et l’influence de cette production est plus liée au poids politique des différents secrétaires nationaux qu’à leur fonction (s’ils sont perçus comme ministrables notamment). L’intérêt pour la construction programmatique ou, plus largement, pour l’idéologie, reste très secondaire dans l’organisation.

Le parti au défi des écuries

Rafaël Cos reconnaît le risque de la « mythification » de la période précédente – les années 1970 en particulier qui apparaissent comme une forme d’âge d’or des luttes intellectuelles internes, témoin d’une intense politisation, qu’il faudrait peut-être et par ailleurs nuancer –, mais il montre bien que la présidentialisation croissante du PS avec la multiplication des écuries au service de leaders concurrents, a conduit ces derniers à chercher à se construire une légitimité à l’extérieur du parti, ce qui n’a pas été sans conséquence sur la production idéelle.

La relégation de la production programmatique au sein de l’appareil n’est alors pas le signe d’un désinvestissement total de cette fonction. La période étudiée se traduit donc par des formes d’externalisation de la production des idées qui vont de pair avec « l’écurialisation » du parti, c’est-à-dire la concentration de la production intellectuelle autour des leaders présidentiables et des organisations qu’ils animent en marge du PS. Il se concentre notamment sur les réseaux intellectuels de Dominique Strauss-Kahn auxquels. La faiblesse structurelle interne de la production intellectuelle est donc compensée par une activité croissante, tout au long de la période étudiée, en externe. La fondation Jean-Jaurès change ainsi de statut : initialement centrée sur la coopération internationale, sur le modèle de la fondation Friedrich Ebert du SPD, elle devient de plus en plus un lieu de publication et de production de notes, rapports et ouvrages à vocation programmatique. Terra Nova, au service de l’entreprise politique d’Olivier Ferrand, constitue un véritable capital dont l’enjeu est à la fois de concentrer des réseaux d’experts qui produisent pour les candidats – DSK en particulier mais pas seulement – et d’être une ressource pour son leader qui se construit un capital politique en marge du parti. Les transformations sociologiques du PS déjà connues sont ici visibles, et en particulier le remplacement progressif des élites militantes par des élites expertes issues des grandes écoles. 

Le parti et le candidat

La « démobilisation du travail programmatique » au sein de l’organisation n’a pas mis fin au travail programmatique en lui-même, et notamment à la doublette, constante au sein de la période – et que l’on observe de nouveau en 2022 – entre projet du parti et programme du candidat. La deuxième partie de l’ouvrage retrace notamment les rapports entretenus par les candidats au programme du parti et les logiques d’élaboration des deux documents : le projet du parti (qui est caractérisé par une forme « d’unanimisme désinvesti ») devrait contraindre le programme du candidat qui, le plus souvent, fait le choix de s’en émanciper : le projet, auquel on ne croit plus vraiment, est avant tout un instrument de régulation interne. 

Rafaël Cos s’appuie sur un matériau conséquent d’archives, de presse partisane, sur des analyses prosopographiques de certains groupes d’experts, mais aussi et en particulier sur plus de 80 entretiens avec les acteurs de la production idéelle socialiste qu’il cite copieusement, pour retracer les logiques et les formes de la production programmatique. On y voit également le caractère parfois très précaire (voire improvisé) de certains arbitrages, notamment sur les propositions économiques qui font l’objet – avec la question sécuritaire – de la troisième partie de la thèse comme deux enjeux particuliers tous deux témoins de la démobilisation programmatique. Ils révèlent également que les usages stratégiques des programmes se déplacent : technicisés et désidéologisés, ils s’adressent à des acteurs extérieurs, en particulier les médias et les groupes d’intérêts. L’injonction du « chiffrage » des programmes en est un témoin. La multiplication des supports, des champs des politiques publiques couverts par le programme qui se décline en des mesures de plus en plus nombreuses, témoignent de cette complexification de l’offre qui ne répond pas aux « incertitudes doctrinales ».

Réappropriation partisane ?

La fabrique du travail programmatique socialiste et sa valeur – finalement faible – au sein de l’organisation, sont donc mieux connues grâce à ce travail riche et stimulant. Les programmes conservent des fonctions mais le travail programmatique a connu, sur la période étudiée, de profondes transformations qui l’ont conduit à être de plus en plus externalisé. La faiblesse actuelle du Parti socialiste, et l’affaiblissement conséquent des courants et des luttes entre leaders « présidentiables » (de moins en moins nombreux) ou des réseaux d’experts pourraient aujourd’hui avoir eu pour conséquence une forme de réinternalisation des logiques de production idéelle, et même du programme présidentiel qui – peut-être plus que sur la période 2000-2012 – s’appuie en 2022 (même s’il reste des nuances) sur le travail du projet du PS. Les think tanks semblent moins être le lieu de la production de la doctrine, pour autant le parti s’est-il pleinement réapproprié sa capacité à l’émettre ?

Arthur Delaporte

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments