vendredi 27 janvier 2023
Home Actualité 1942 l'année terrible, par Sylvain Boulouque

1942 l’année terrible, par Sylvain Boulouque

L’année 1942 a été une année charnière dans la Seconde Guerre mondiale. Deux ouvrages permettent de le comprendre, de l’histoire au témoignage. A propos de Cyril Azouvi et Julien Peltier, 1942, préface d’Olivier Wieviorka, Passés Composés, 2022, 246p, 35€ et Fernand Zalkinow, Les hommes meurent, mais la vie, elle demeure toujours triomphante. 9 mars 1942, Ouest-France éditions, 2022, 72p, 10€

L’ouvrage de Cyril Azouvi et Julien Peltier est composé de neuf chapitres qui proposent un véritable tour d’horizon. Ils entament par une série de cartes qui offrent sous une forme graphique un état des lieux d’un monde en guerre. Sur un plan militaire, l’année 1942 voit une triple rupture : les Japonais perdent à la bataille de Midway, les Allemands sont stoppés à Stalingrad qui marquent le début de la contre offensive soviétique avec le percement de la ligne de transport autour de Leningrad et, enfin, le débarquement allié en Afrique du Nord qui constitue le début de la fin pour les troupes de Rommel et l’Afrika corps. Il faut ajouter les bombardements massifs des villes du Reich, un élément stratégique central qui sape sur le long terme le moral des Allemands. Ces éléments du conflit sont étudiés en parallèle avec les autres aspects centraux de l’année 1942, la naissance de l’ONU, le lancement du projet Manhattan et la création de l’arme nucléaire américaine. Enfin, cette année 1942 est celle de la conférence de Wansee qui met en place le système des déportations de masses et de l’extermination, qui se superpose à la Shoah mise en œuvre par l’enferment dans les ghettos et par l’anéantissement par balles. Enfin, les auteurs consacrent une partie importante à l’unification des mouvements de résistance. S’y ajoutent les politiques répressives des Allemands en matière d’exécution des Otages et des Résistants.

Les lettres de Fernand Zalkinow témoignent de cette tragédie. Ce jeune militant est né en 1923 à Paris dans une famille juive de Russie arrivée en France avant la Première Guerre mondiale. Comme ses deux sœurs, il milite au Jeunesses communistes. Après la rupture du Pacte Hitler Staline, il bascule dans la lutte armée participant aux premiers bataillons de l’OS. Avec son triangle, il organise plusieurs attentats réussis ou non, mais tombe suite à une filature. Les Brigades spéciales découvrent chez lui une arme. C’est assez pour l’occupant pour le faire condamner à mort lors du procès du Palais Bourbon le 4 mars 1942. Il est fusillé au Mont Valérien le 9 mars alors que ses parents et ses sœurs sont arrêtés comme otages puis déportés dans les camps d’extermination durant les mois suivants.  La présente édition publie ses dernières lettres, constituant un des aspects dramatiques de cette année 1942.

Sylvain Boulouque

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments