La France déchiffrée, par Fabien Conord

À la Une de L’OURS 448 de mai 2015 : La France déchiffrée, par Fabien Conord. À l’heure d’Internet et des recherches apparemment illimitées mais souvent désordonnées sur un clavier, trois historiens, Julie Le Gac, Anne-Laure Ollivier, Raphaël Spina, ont, sous la houlette d’Olivier Wieviorka, réuni une impressionnante masse statistique sur la France contemporaine, de 1870 à nos jours.

À propos du livre publié sous la direction de Olivier Wieviorka, La France en chiffres de 1870 à nos jours, avec la collaboration de Julie Le Gac, Anne-Laure Ollivier, Raphaël Spina, Perrin, 2015, 667 p, 28 €

L’ouvrage se décline en cinq parties : démographie, économie, société, politique, guerres et crises. Son intérêt réside dans la constitution de nombreuses séries longues permettant de suivre l’évolution d’un phénomène de la fin du XIXe siècle au début du XXIe siècle. Sans épuiser la liste des exemples, le lecteur dispose de données sur une multitude de sujets. Ainsi, bien que l’appartenance religieuse ne soit pas mentionnée dans les recensements de population depuis le début de leur période, les auteurs offrent un chapitre nourri sur les religions (même si le protestantisme est évacué un peu rapidement).

Observer les évolutions
Si les deux guerres mondiales occupent évidemment une place de choix, la partie consacrée aux guerres – qui commence par un point bienvenu sur l’évolution de la durée du service militaire et sur les effectifs de l’armée française – traite aussi celle de 1870, si méconnue aujourd’hui de nos étudiants qui en découvrent parfois l’existence, et consacre un développement spécifique aux conflits coloniaux et aux luttes de décolonisation. La partie « Démographie » incorpore quelques données régionales, dimension géographique négligée pour les autres thématiques. Le pourcentage de logements surpeuplés est toujours plus faible à Paris que dans l’ensemble de la France, à l’exception de 1911 (p. 202-203). Sans surprise, l’évolution de la consommation alimentaire des Français laisse apparaître un déclin du pain et des pommes de terres et une hausse de la viande, mais révèle aussi une diminution de moitié de la consommation de lait frais entre 1970 et 2008, que compense partiellement la progression des fromages et yaourts. La chute du vin courant le place en 2008 au même rang que le vin AOC ; il est vrai qu’une certaine inflation des appellations a élargi le champ de ce dernier mais le phénomène n’en demeure pas moins significatif.

Vision diachronique
La partie « Politique » offre une vision diachronique du corps électoral (la question des femmes est particulièrement développée), des résultats électoraux (même s’il manque quelques données concernant l’orientation politique des conseils généraux, au même titre que les municipalités), des effectifs des partis politiques dont l’appréhension est toujours délicate. Elle met aussi souvent que possible en regard le nombre des adhérents, des suffrages recueillis aux élections présidentielles et législatives et celui des parlementaires, comparaison parfois riche d’enseignements… Elle s’interroge sur les déterminants du vote (religion, profession…) et dépasse la seule question des élections et des partis pour envisager les organisations extrapartisanes et parapolitiques puis le mouvement social, ce qui permet, à rebours de bien des idées reçues, de montrer que le taux de grève est inférieur en France à la moyenne des pays européens et nord-américains, sauf dans la période 2000-2004. Ce dernier exemple illustre aussi la volonté des auteurs, lorsque le sujet s’y prête, d’inscrire la France dans une comparaison internationale et de la situer dans son environnement (européen par exemple pour la population).
Deux regrets peuvent toutefois être formulés. Le premier pourrait être corrigé à l’occasion d’une réédition, si le succès est au rendez-vous : les auteurs évacuent en deux pages la question pourtant déterminante de l’élaboration des données. Sans leur demander un chapitre complet, il serait tout de même souhaitable de disposer de plusieurs paragraphes sur ce point, assortis d’une bibliographie (les travaux d’Alain Desrosières et les apports de la revue Histoire & Mesure par exemple ou encore le numéro de Siècles consacré en 1997 à « Chiffres et histoire » sous la direction de Geneviève Massard-Guilbaud et Philippe Rygiel). Le second regret porte sur la nature des références. Si l’INSEE apparaît à de multiples reprises, les données recensées dans La France en chiffres de 1870 à nos jours proviennent surtout de travaux d’historiens. Si sérieuse soit cette corporation, il aurait été appréciable que davantage d’informations aient été puisées directement dans des sources primaires (imprimées sinon manuscrites).
Ces deux bémols ne doivent pas masquer l’immense travail accompli par les auteurs. Leur ouvrage est appelé à n’en pas douter à rendre de grands services aux jeunes enseignants – et même aux moins jeunes ! – dans la préparation de leurs cours et travaux dirigés. Il constitue une somme remarquable par l’ampleur des données collectées et précieuse par sa couverture thématique et chronologique qui intéressera tous les citoyens.

Fabien Conord