Archives pour la catégorie L’OURS mensuel…

Sommaire de L’OURS 465, février 2017

Dans L’OURS de février (n°465), Alain Bergounioux s’interroge avec Pierre Moscovici et Mario Telo sur l’avenir de la construction européenne : changer ou mourir ? Il est aussi question de travail, loisirs, temps de travail, temps des loisirs, temps de l’existence… autant de thèmes débattus par les socialistes, des « utopistes » à nos jours. Robert Chapuis, Florent Le Bot, Claude Didry reviennent sur ces grandes questions. Et si la croissance était un moteur à frustrations se demande avec Fred Hirsch Gaspard Casimir ? Michel Dreyfus questionne Hannah Arendt, Jean-Louis Panné, Gilles Morin, Raymond Krakovitch nous en disent plus sur Eugène Varlin, François Mitterrand et Jean Zay… Beaucoup d’autres choses à découvrir dans le sommaire consultable ici. Continuer la lecture de Sommaire de L’OURS 465, février 2017

Jaurès, point de vue et méthode, par CLAUDE DUPONT

Ce tome, qui couvre la période 1902-1904, nous permet de découvrir un des épisodes les plus passionnants de la carrière de Jaurès. Étonnant paradoxe : la République est maintenant solidement implantée, le Bloc des Gauches élargit et approfondit le champ d’action de la majorité de Défense républicaine, Jaurès voit son influence s’étendre – il est même élu vice-président de la Chambre – et c’est le moment où il évoque une « crise du socialisme ». C’est qu’avec le succès de la gauche le socialisme français est confronté à un dilemme lancinant qui scandera son histoire : comment faire partie d’une majorité gouvernementale sans perdre son âme et son essence même ? Continuer la lecture de Jaurès, point de vue et méthode, par CLAUDE DUPONT

UE : De « S’unir ou périr » à « Changer ou mourir » ? par ALAIN BERGOUNIOUX

L’année 2017 sera une année difficile pour l’Union européenne. Pas seulement parce que commenceront les négociations sur le Brexit et qu’elles révéleront inévitablement des tensions entre les États de l’Union. La crise des réfugiés, en effet, n’est pas achevée et la menace terroriste est toujours présente. Les incertitudes internationales, avec le nouveau « duo » Trump-Poutine pèseront également. Si l’on ajoute la tenue d’élections décisives dans les deux pays majeurs, l’Allemagne et la France, il n’est pas difficile de prévoir que des choix importants devront être faits sous peine d’affaiblissements supplémentaires, alors même que les partis populistes, qui contestent l’existence même de l’Union européenne, sont une force. Continuer la lecture de UE : De « S’unir ou périr » à « Changer ou mourir » ? par ALAIN BERGOUNIOUX

Militer au service de la culture, par PASCALE GOETSCHEL

Dans ce livre singulier, Guy Putfin apparaît comme un homme qui, contre vents et marées, a cherché à imposer la culture à la « forteresse enseignante », autrement dit la FEN. À ce titre, l’essai présente un triple intérêt.
À PROPOS du livre de Guy Putfin, Syndicalisme & Culture. Itinéraire culturel dans la Forteresse enseignante, L’OURS, 2016, 320p, 18€) Continuer la lecture de Militer au service de la culture, par PASCALE GOETSCHEL

Sommaire de L’OURS 464, janvier 2017

À la une de ce numéro, Claude Dupont a lu pour nous le dernier ouvrage de Xavier Vigna, L’espoir et l’effroi, qui explore près d’un siècle d’écrits sur la classe ouvrière. Son article est consultable ici. Retrouvez nos rubriques cultures habituelles, et plein d’autres choses présentées dans un sommaire qui se dévoilent quelques lignes plus bas.

Continuer la lecture de Sommaire de L’OURS 464, janvier 2017

Qui écrit pour la classe ouvrière ?, par CLAUDE DUPONT

Cet ouvrage est le résultat d’un immense travail de recherche. Xavier Vigna s’est donné pour tâche de recenser toutes les formes d’écrit  – aussi bien les enquêtes policières que les tracts syndicaux, les écrits autobiographiques ou les romans – qui portent sur la classe ouvrière. Tâche prométhéenne qui ne saurait donner des résultats exhaustifs, mais qui permet une approche vraiment intéressante.
Continuer la lecture de Qui écrit pour la classe ouvrière ?, par CLAUDE DUPONT

Service public, écrivons ton nom, par CLAUDE DIDRY

« Service public, j’écris ton nom », pourrait-on dire en lisant l’ouvrage de Rémi Brouté. En effet, dans une époque emportée par la lutte contre un poids excessif de l’État dans la vie économique, ce livre montre que le service public est le lien qui relie la gauche à son passé et la tend vers l’avenir.
A propos du livre de Rémi Brouté,
Service public. L’indéracinable espoir, Comité Central du Groupe Ferroviaire, 2016, 190 p, ouvrage téléchargeable gratuitement CCGPF. http://www.ccgpfcheminots.com à la rubrique : Activité Économique – expositions)
Continuer la lecture de Service public, écrivons ton nom, par CLAUDE DIDRY

Sommaire de L’OURS 463 (décembre 2016)

1936CreilSiteLéon Blum est à la Une du numéro de L’OURS de décembre 2016. Manière pour nous de saluer encore une fois le 80e anniversaire du Front populaire, anniversaire qui a permis de faire avancer les travaux et la recherche sur cette période et ses acteurs. Léon Blum est en bonne compagnie puisqu’il côtoie dans nos pages son camarade Albert Thomas et l’historien Élie Halevy, mais aussi Albert Camus, Joseph Roth, Jack London, Stefan Zweig… et même Frank Zappa. 

Continuer la lecture de Sommaire de L’OURS 463 (décembre 2016)

Léon Blum au Panthéon, par GILLES CANDAR

monier_blum_2016En exergue de son ouvrage, Frédéric Monier cite avec humour Jules Renard : « l’historien […] sait que dans deux ans ou l’année prochaine, un livre nouveau tuera le sien » ! Cette biographie de Léon Blum n’est évidemment pas la première, mais elle compte pourtant et comptera plus que les deux ans annoncés, non seulement parce que nous sommes « des nains juchés sur des épaules de géants », celles de nos prédécesseurs, pour reprendre l’expression fameuse de Bernard de Chartres, notre collègue du XIIe siècle, mais parce que, synthèse à jour, elle correspond aussi à un projet tenu avec maîtrise et qu’elle éclaire judicieusement de nombreux aspects de notre histoire contemporaine.
Continuer la lecture de Léon Blum au Panthéon, par GILLES CANDAR

Thomas en voyage, ou le monde d’hier, par FLORENT LE BOT

albert_thomasDurant ses très nombreux voyages, Albert Thomas, directeur du BIT (1919-1932), emportait toujours avec lui un crayon et un petit bloc-notes dans la poche de sa veste. Il notait ainsi sur le vif des noms, des chiffres, des rendez-vous : il croquait des portraits, couchait sur le papier des observations, des réflexions et idées. Plus tard dans le calme de sa chambre d’hôtel ou lors de longs voyages en trains, à partir de ce matériel brut, ses notes devenaient des récits qu’il dictait à une sténographe. Continuer la lecture de Thomas en voyage, ou le monde d’hier, par FLORENT LE BOT