Il y a 60 ans, Albert Camus recevait le prix Nobel de littérature, par Denis LEFEBVRE

Le 16 octobre 1957, le prix Nobel de littérature est décerné à Albert Camus. Il est le neuvième français à obtenir cette distinction depuis Sully-Prudhomme en 1901. Ce prix lui a été décerné « pour l’ensemble d’une œuvre qui met en lumière les problèmes se posant de nos jours à la conscience des hommes. » Il reçoit ce prix à Stockholm le 10 décembre suivant. Quels ont été les commentaires de la presse socialiste française ? Continuer la lecture de Il y a 60 ans, Albert Camus recevait le prix Nobel de littérature, par Denis LEFEBVRE

Le populisme et sa radicalité, par ALAIN BERGOUNIOUX

Dans cet essai historique, Pascal Ory s’attaque à ce qui est le phénomène politique majeur du début du siècle nouveau, la radicalité populiste, qui ne concerne pas que l’Europe mais a une dimension mondiale, comme le souligne l’élection récente de Donald Trump. La notion de populisme seule, en effet, est vague et peut recouvrir des politiques bien différentes.
À propos du livre de Pascal Ory, Peuple souverain. De la révolution populaire à la radicalité populiste, Le Débat Gallimard, 2017, 256 p, 21€
Article paru dans L’OURS 473 (décembre 2017), page 1. Continuer la lecture de Le populisme et sa radicalité, par ALAIN BERGOUNIOUX

Sommaire de L’OURS n°473, décembre 2017

Huit pages de réflexions, de critiques, sur l’actualité éditoriale (la conditions sociale moderne, le centième anniversaire de la Révolution russe, des camps d’extermination nazis, Clemenceau, Tito, Jaurès, Mirbeau…) vue par nos chroniqueurs : Alain Bergounioux, Robert Chapuis, Sylvain Boulouque, Raymond Krakovitch, Jean-Louis Panné, Florent Le Bot, Gilles Vergnon, Fabien Conord, Michel Dreyfus… Continuer la lecture de Sommaire de L’OURS n°473, décembre 2017

Au cœur de l’enfer nazi, par FLORENT LE BOT

L’ouvrage de Nicolas Patin est tout à fait passionnant à la fois par son sujet, par les sources dont il dispose et par les débats qu’il ne manque pas d’ouvrir.

À propos du livre de Nicolas Patin, Krüger. Un bourreau ordinaire, Fayard, 2017, 300p, 23€

Article paru dans L’OURS 473 (décembre 2017), page 5.

Continuer la lecture de Au cœur de l’enfer nazi, par FLORENT LE BOT

Quand le théâtre témoigne du réel, par ANDRE ROBERT

L’OURS va au théâtre : À propos de Ceux qui restent, de David Lescot, concepteur et metteur en scène, avec Marie Desgranges et Antoine Mathieu, Vu au théâtre Dejazet, Paris 11e ; et Dans la solitude des champs de coton, de Bernard-Marie Koltès, mise en scène de Charles Berling, Co-production Scène nationale de Toulon, TNS Strasbourg, Théâtre du Gymnase Marseille, Théâtre d’Antibes. Tournée en cours. Continuer la lecture de Quand le théâtre témoigne du réel, par ANDRE ROBERT

Les socialistes français à l’heure de la Libération : une critique par Gilles Candar parue dans Vingtième siècle

 Longtemps, le rôle des socialistes dans la Résistance ou à la Libération a paru minoré, coincé entre les deux fortes mémoires, constamment vivifiées et entretenues, des communistes et des gaullistes. La situation a évolué au cours des années 1990, même si aujourd’hui le regard historiographique semble à nouveau fraîchir. De toute façon, le travail de recherche et d’interprétation est inlassablement repris comme en témoigne ce colloque organisé en novembre 2014 par l’Office universitaire de recherche socialiste (OURS) et l’Université Paris-I : une vingtaine de communications et une table ronde qui bénéficient d’une édition soignée, avec introduction, conclusions et index. Le colloque s’est bien transformé en livre. Continuer la lecture de Les socialistes français à l’heure de la Libération : une critique par Gilles Candar parue dans Vingtième siècle

Que s’est-il passé ? Parti socialiste avril-juin 2017

Le hors-série de L’OURS, Recherche socialiste (n°80-81) vient de sortir. Son « dossier » s’est imposé à nous au soir du premier tour de l’élection présidentielle. Non pour réagir, mais pour poser les bases d’une réflexion qui nous le pensons peut être utile afin de comprendre ce qui s’est passé. Sous la direction d’Alain Bergounioux, des historiens, des politistes, des intellectuels, des citoyens, des responsables politiques sollicités par notre revue dressent le constat, livrent leur diagnostic, s’interrogent sur les crises précédentes et envisagent l’avenir.  Continuer la lecture de Que s’est-il passé ? Parti socialiste avril-juin 2017

Filippo Turati, « Socialisme et bolchevisme », L’Avenir n°58, février 1921

Turati par J. Texcier, La Vie socialiste, n°142, 1929. (coll. L’OURS)

Filippo Turati (1857-1932), le fondateur, en 1892, du Parti socialiste des travailleurs italiens, qui adopta en 1895 le sigle PSI, est un représentant de ce « socialisme réformiste » honni par Moscou. Pour Turati, il y a une spécificité du combat socialiste dans chaque pays et il faut « nationaliser le socialisme », point de vue qu’il fini par faire partager à Karl Kautsky. Et il défend un socialisme démocratique, qui vise à réduire la place de l’État1. Ce qui en fait un adversaire résolu des bolcheviks, qui ne s’y trompent pas. Et les fascistes non plus qui assassineront son ami Giacomo Matteotti le 10 juin 1924, lui-même ne devant son salut qu’à son évasion d’Italie. Continuer la lecture de Filippo Turati, « Socialisme et bolchevisme », L’Avenir n°58, février 1921

1917-2017 : Le bolchevisme et la Russie, par Alexandre Kerensky

Il y a 100 ans, le 7 novembre 1917, les bolcheviks prenaient le pouvoir. Pour comprendre la nature du bolchevisme, on peut renvoyer à l’intervention de Léon Blum au congrès de Tours. Cependant, donnons aujourd’hui la parole à Kerensky, témoin direct des événements, venu faire le point le 17 mars 1920, quelques mois avant ce congrès, devant ses camarades français1.

Kerensky à la Une de L’illustration, 11 août 1917,
coll. Musée de l’histoire Vivante.

Continuer la lecture de 1917-2017 : Le bolchevisme et la Russie, par Alexandre Kerensky