lundi 20 septembre 2021
Home Actualité Les métallos de la cégét, par Sylvain Boulouque

Les métallos de la cégét, par Sylvain Boulouque

La CGT a longtemps eu comme fer de lance, les travailleurs de la métallurgie. La grève des métallurgistes lors du Front populaire en demeure l’illustration. Le présent ouvrage revient sur son histoire évoquant ses heures de gloire comme ses défaites. Cette nouvelle histoire de la fédération CGT de la métallurgie est richement illustrée. (À propos du livre de Emeric Tellier, Le métal au cœur. Une histoire de la Fédération CGT des travailleurs de la Métallurgie, éditions de l’Atelier, 2021, 184p. 19,90€

Il est amusant de comparer cette histoire avec l’ouvrage de Jacques Varin paru il y a 35 ans. Ce dernier faisait près de 300 pages et était relativement austère, en noir et blanc sur deux colonnes, les images venaient illustrer les textes. Aujourd’hui, c’est d’abord une histoire visuelle qui est proposée. Les documents issus des archives de la Fédération des métaux sont riches : affiches, vignettes, timbres syndicaux….

Le travail d’Émeric Tellier, archiviste à la CGT des métaux, n’en est pas moins riche. Il reprend les fondements de l’histoire de la Fédération, à partir de sa fondation en 1883 sous le nom de Fédération française des ouvriers métallurgistes. Elle rejoint en 1895 la CGT. Parallèlement, de multiples corporations de la métallurgie se regroupent et adhèrent à la centrale formant des fédérations de métier avant que la CGT ne prône la nécessité de réaliser une fédération d’industrie en 1909. L’auteur réalise même un schéma fort utile pour comprendre les évolutions. 

La Première Guerre mondiale voit la transformation du travail des métallurgistes, les grandes grèves revendicatives qui laissent percer l’espoir d’une révolution. Mais les deux perceptions différentes du syndicalisme sont aussi à l’origine de la scission entre la CGT et la CGTU, l’auteur présentant les arguments des uns et des autres de manière équitable.

L’âge d’or du syndicalisme dans la métallurgie arrive avec les grandes grève du printemps 1936 et la ruée syndicale de 1936. Il en souligne la combativité qui reste de mise après la guerre. L’apogée est atteint dans les années 1960. Mais, la crise des années 1970 transforme la donne et la fédération connaît un déclin relatif… 

L’auteur propose une utile synthèse…. 

SB

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments