samedi 23 octobre 2021
Home Actualité Léon Blum et l’actualité du socialisme, par ALAIN BERGOUNIOUX

Léon Blum et l’actualité du socialisme, par ALAIN BERGOUNIOUX

Cette réédition  de À l’échelle humaine – le livre le plus connu de Léon Blum, du moins par son titre, paru en 1945, et écrit entre 1941 et 1942, dans les prisons de Vichy –  vient à un moment opportun, quand les socialistes français se posent à nouveau la question de leur avenir. A propos de Léon Blum, À l’échelle humaine, présentation inédite de Milo Lévy-Bruhl, Lormont, Édition le Bord de l’Eau, 2021, 230p, 18€. Article paru dans L’OURS 508, mai 2021.

Cet ouvrage est plus que le témoignage de celui qui a représenté le socialisme de l’entre-deux guerres sur les causes de l’effondrement de la France, en 1940, et la nature des luttes politiques sous l’Occupation, il est, également, une interrogation sur le sens du socialisme. Le texte de À l’échelle humaine permet de retrouver ce qui a fait la personnalité particulière de Léon Blum dans notre histoire, ses profondes convictions politiques, la hauteur de l’homme d’État, son idéalisme foncier, qui explique la confiance dans l’avenir dont il fait preuve dans cet écrit à une période où les armes nazies paraissaient l’emporter et où sa vie était menacée. Évidemment, le lecteur qui connaît les évolutions ultérieures du socialisme sera enclin à lire aussi ce texte à la lumière des problèmes d’aujourd’hui.

Le socialisme de Blum
Il sera aidé, pour ce faire, par l’intéressante préface d’un jeune chercheur qui a le caractère d’un petit essai sur Léon Blum. On y trouve, bien sûr, les éléments utiles pour le contexte historique et le rôle politique du dirigeant du Front populaire depuis son entrée véritable sur la scène politique après 1917. Mais il y a aussi une réflexion d’ensemble qui entend rendre compte de la nature du socialisme de Léon Blum. En disciple fervent de Jean Jaurès, il n’a jamais séparé la République du socialisme. Son attachement aux libertés n’a jamais connu d’exception et l’a toujours trouvé au premier rang des combats. Mais, sans dogmatisme, il a également défendu les apports du marxisme pour comprendre le monde. Tout en étant convaincu qu’il y a des logiques profondes à l’œuvre dans l’histoire, il a tout autant fait sa part à la liberté de l’homme et n’a jamais pensé que l’histoire était linéaire. Sa conviction que la morale doit jouer un rôle majeur dans l’action politique, particulièrement dans la perspective d’une révolution sociale, est une clef pour comprendre sa définition du socialisme. Milo Lévy-Bruhl insiste fortement sur ce point à juste titre. Cela explique aussi les difficultés qu’il a rencontrées dans son action et les incompréhensions qu’il a dû affronter dans son propre parti.

Faire la révolution sociale
De même, le préfacier a raison de souligner que Léon Blum – là encore dans la fidélité à Jean Jaurès et à sa conception de « l’évolution-révolutionnaire » – n’a jamais abandonné l’espoir d’une authentique révolution sociale. Mais de quelle révolution s’agit-il ? À l’échelle humaine est explicite. Elle concerne, fondamentalement, une transformation du régime de propriété –  les nationalisations de la Libération lui ont paru être un commencement et sa proposition de réformer profondément l’héritage l’atteste. Mais la « révolution morale », fruit de l’éducation démocratique, a une importance tout aussi grande. Or, et c’est un point majeur de son livre, les socialistes de l’entre-deux-guerres n’avaient pas été à la hauteur de cette exigence. Et Léon Blum en admet sa part de responsabilité. Il a eu l’espoir que la Résistance pouvait porter la force de régénération politique  nécessaire. Mais, très vite, il a compris qu’il n’en allait pas ainsi et que les contradictions de la période allaient finalement l’emporter. Il n’a pas renoncé pour autant à dire tout ce qu’il croyait vrai et a servi son pays et ses convictions jusqu’au dernier jour.

À l’échelle humaine est un livre qui n’a pas qu’une portée historique. Le lire ou le relire peut donner un « cap », pour reprendre une expression de Milo Lévy-Bruhl, pour affronter les défis d’aujourd’hui qui appellent évidemment des réponses propres, mais peut-être avant tout, une morale de l’action.

Alain Bergounioux

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments