samedi 3 décembre 2022
Home Actualité 1908 : l’unité socialiste au bout du congrès, par ERIC LAFON

1908 : l’unité socialiste au bout du congrès, par ERIC LAFON

Un concours de circonstances, l’acquisition par les archives départementales de Haute-Garonne d’un ensemble de 54 cartes postales du congrès de la SFIO réuni à Toulouse du 15 au 18 octobre 1908, a suscité de la part des quatre auteurs de cet ouvrage un retour sur l’un des événements majeurs de l’histoire socialiste. (a/s de Rémy Pech, Frédéric Cépède, Gilles Candar, Alain Bergounioux, Toulouse 1908, le congrès pour l’unité socialiste, préface Lionel Jospin, co-éditions Midi-pyrénéennes1, L’ours, 2022, 180 p, 22€)

L’histoire des gauches françaises s’est écrite en différents lieux, lors d’événements importants au cœur de l’histoire de notre république, dans des mouvements politiques et sociaux, mais aussi lors de rassemblements ou de congrès comme celui de 1908 au cours duquel un des maîtres mots fut « unité ». Lors de ce congrès, Jean Jaurès (1859-1914), membre de la fédération du Tarn du Parti socialiste, section française de l’Internationale ouvrière (SFIO), député socialiste et directeur de L’Humanité, prononce une de ses plus importantes interventions. En 1998, dans une note publiée par la Fondation Jean Jaurès intitulée Éloge de la Réforme, Alain Bergounioux introduisait l’intégralité de cette intervention présentée alors comme un « discours ». 

Un congrès dans l’histoire
Les auteurs ont choisi aujourd’hui de présenter le congrès dans son intégralité comme celui de la véritable unité socialiste, considérant qu’en 1905 le congrès fondateur fut plus « administratif » que politique. En revanche, à Toulouse les délégués, en très grande majorité des hommes, assistent et participent à la confrontation entre les « deux méthodes » engagée huit années plutôt, à Lille, par Jules Guesde et Jean Jaurès. Pour défendre cette approche de ce congrès, les contributions contextualisent les débats en rappelant à rebours les fusillades du mois de juin 1908, les élections municipales du mois de mai, la Charte d’Amiens en 1906 et la tentative de grève générale pour la journée de 8 heures, les grèves parfois violentes de 1905-1906, la loi de séparation des Églises et de l’État en 1905, et plus loin encore la victoire du bloc des gauches en 1901. Les différentes sensibilités et groupements socialistes tous représentés dans la salle du réfectoire du couvent des Jacobins qui accueille les congressistes à Toulouse vont débattre contradictoirement autour des questions de « réformes », de « rupture », de l’opposition entre « action parlementaire » et « insurrection », de « lutte de classes », jusqu’à d’âpres affrontements et interpellations entre ceux qui prétendent incarner « les révolutionnaires » et qui se complaisent – de tout temps – à dénoncer les « réformistes ». 

Au fil de la lecture, on redécouvre cette pluralité politique et idéologique séparant guesdistes, allemanistes, vaillantistes, socialistes indépendants, réformistes assumés, syndicalistes ouvriers, partisans de la grève générale ou de l’insurrection et vouant aux gémonies l’action parlementaire jusqu’à juger de l’inutilité d’un groupe parlementaire sinon comme simple tribune. Complexité de l’histoire, nuances dans les positionnements, descriptions des évolutions politiques des principaux « leaders » et protagonistes de ce congrès, contexte général et national, angles plus rapprochés sur les traditions, us et coutumes mais aussi rapports de force politique du socialisme toulousain, de la fédération du Tarn emmenée par Jaurès, sans oublier d’importants détails qui n’en sont pas comme l’absence de Jules Guesde (malade) et de Gustave Hervé (emprisonné), rien n’échappe à la rigueur d’analyse des auteurs. On visite les attendus, le déroulement de ce congrès dont on pensait tout connaître jusqu’à de nouveau s’interroger sur sa conclusion : comment a-t-il pu aboutir à cette unité ? 

Au plus près des acteurs
Dès lors, comment ne pas souligner que l’iconographie de l’ouvrage prend d’autant plus d’importance et vient, par un travail fastidieux et rigoureux d’identification, conforter notre opinion sur l’entreprise remarquable et harmonieuse qu’il constitue. Les 54 images sont parfaitement reproduites, décrites et contextualiser jusqu’à même nous proposer un possible déroulement dans le temps de ces trois jours de congrès. Les options typographiques et la mise en page des images qui ne nous a pas toujours convaincu ne peuvent entamer notre plus vif intérêt pour ce travail collectif d’immersion dans ce congrès socialiste d’unité, à Toulouse, en 1908. 

Éric Lafon

1. Album publié avec le soutien des conseils départementaux de Haute-Garonne et du Tarn, des groupes parlementaires socialistes, de la Fondation Jean-Jaurès, de la Société d’études jaurésiennes et des Amis de Jean Jaurès à Toulouse.

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments