L’art et l’État au temps du Front populaire par JEAN-FREDERIC DESAIX

Tillier_Couv_Art_Etat_BBC_1936Un vrai moment de plaisir se dégage de la lecture de cet ouvrage au titre pourtant peu avenant. C’est aussi un document rare, traduit pour la première fois de l’anglais, publié en 1936 dans The Listener, la revue papier de la BBC. Il s’agit d’une vaste enquête sur les rapports entre l’art et l’État.

À propos du livre L’Art et l’État. Une enquête de la BBC en 1936 présentée par Bertrand Tillier, Ceyzérieu, Editions Champ Vallon, 2016, 153p, 15€
Article paru à la Une de L’OURS n°460, juillet-août 2016.

Ce tour d’horizon international prend sa source au sein du groupe de Bloosmbury, où l’on retrouve des intellectuels et artistes londoniens dont Virginia Woolf ou John M. Keynes, désireux de ne pas rester à l’écart des événements qui bousculent l’occident. Le rédacteur en chef de The Listener, Joe Randolph Ackerley, va solliciter le point de vue de personnalités, représentantes de l’art officiel, dans la France du Front populaire, l’Allemagne nazie, l’Italie de Mussolini, l’Union soviétique de Staline et, enfin, l’Amérique de Roosevelt. Quant à l’Angleterre, il proposera à l’économiste Keynes d’introduire cette enquête et au critique d’art Clive Bell d’en tirer quelques conclusions.

La malédiction de l’art d’État
Paraissant un an avant l’exposition universelle de 1937 à Paris, où se feront face les deux pavillons allemand et soviétique, il ne s’agit pas d’un nouvel éclairage sur les rapports entre art et pouvoir et encore moins une classification du rapport à l’art public en fonction des régimes. Les articles des différents experts, affiliés à leur régime, montrent des analyses et des enjeux communs sur la fonction de l’art et son approche par les pouvoirs publics. C’est ce que Clive Bell appelle, dans ses conclusions, « la malédiction de l’art d’État ». L’art devient forcément propagande et l’artiste perd son absolue liberté lorsqu’il est l’outil subventionné du pouvoir d’État. Or, l’enjeu de tout artiste à cette époque est de rester « moderne » et pour cela de ne pas tomber dans un populisme qui inquiète déjà bon nombre d’artistes au sein même des démocraties occidentales. Il est vrai que l’Union soviétique fait de l’artiste un citoyen à part entière qui participe, comme tous les autres, à la construction d’un nouvel ordre social. La beauté de son art ne peut être que l’expression de la vérité de cet ordre. C’est aussi la vision de l’Allemagne nazie qui fait de l’art un outil d’orientation et d’éducation du peuple dans une nouvelle compréhension du passé et de l’ordre naturel édifié par la culture du Reich. Plus encore dans l’Italie mussolinienne, le mouvement artistique majeur, le futurisme, intègre la doxa fasciste. La mission sociale de l’artiste est aussi nouvellement reconnue sous l’administration Roosevelt, notamment dans les villes où un tournant architectural va marquer la relation entre art et pouvoir d’État. Clive Bell condamne, parfois trop durement, cet d’art d’État qui n’est qu’« un art de compromis, une œuvre de médiocrités… fruit insipide d’un compromis pressé par l’opinion publique » ; même s’il reconnaît la bonne volonté du Front populaire d’offrir, à travers ses Maisons de la culture, un espoir d’épanouis­sement « d’artistes talentueux intelligemment mis au service de l’État ».

En France, un art nouveau pour l’éducation et l’avenir
C’est Georges Duthuit, historien de l’art, attaché au musée du Louvre et neveu de Matisse qui est sollicité pour présenter les engagements du Front populaire vis-à-vis de l’art et des artistes. Il y défend un « art vivant », contemporain, regardant le présent et futur, et tourné vers la recherche d’un épanouissement social et démocratique des peuples. Il vante les initiatives portées par les artistes révolutionnaires tels que Louis Aragon, Romain Rolland, Paul Vaillant-Couturier, désireux de fusionner leurs arts sur les places publiques, associant les travailleurs et les citoyens à l’édification de ce dernier espoir que représente le Front populaire face à la montée du fascisme. L’exposition universelle, l’année suivante à Paris, sera la démonstration que l’art et la technique ne s’opposent pas et que leur union est au contraire indispensable. Le beau et l’utile doivent être indissolublement liés afin de promouvoir la paix. C’est l’art nouveau, celui de Le Corbusier ou de Raoul Dufy et sa Fée Électricité. À l’image du Front populaire, Georges Duthuit est plein d’espoir dans ce renouveau politique et artistique et « cette atmosphère de bonne volonté à vouloir résoudre le problème essentiel de la relation de l’art à l’État ».

Keynes et le besoin d’art en temps de crise
Il n’empêche, l’art public est une condition de la société ! Encore faut-il que les démocraties s’y consacrent entièrement et de façon désintéressée. Bertrand Tillier rappelle l’importance que Keynes accorde aux artistes, « plus que jamais nécessaires en période de crise économique où la cohésion sociale est minée ». L’introduction de l’enquête par Keynes révèle une fois encore la force et l’intérêt de sa pensée. Les États ne peuvent laisser aux seuls totalitaristes le développement de l’art qu’il soit architectural, éphémère ou spectaculaire. Ce n’est pourtant pas la préoccupation de l’État utilitariste que dénonce Keynes et dont la finalité fait de l’art un détail qui n’aurait de l’intérêt que pour des raisons purement économiques. « L’art est in-économique et ne mérite pas l’argent public » aux yeux des grandes administrations d’État. L’art lui-même ne peut que pâtir durablement de ces conceptions. « La destruction du don sublime qu’est l’artiste se prostituant à des fins de rentabilité financière est l’un des pires crimes du capitalisme. » L’art, pour être libre, doit être soutenu de manière désintéressé par l’État, c’est-à-dire non taxé et largement incité.
Keynes offre une classification des arts à soutenir, de l’architecture, « le plus public de tous les arts », jusqu’à l’art des cérémonies publiques, « gain véritable pour les régimes autoritaires qui, seuls malheureusement, s’en emparent… j’affirme qu’il n’existe aucun obstacle “financier” à de tels accomplissements… » Une lecture stimulante encore aujourd’hui.
Jean-Frédéric Desaix