Histoire et mémoire : 1970-2020, le poing et la rose à 50 ans

C’est en février 1970 qu’est diffusée par le fédération socialiste de Paris, conquise depuis quelques mois par les militants du CERES, la première affiche  « signée »  du « poing et la rose » (et non du  « Poing à la rose », ou de « la rose au poing »). Sans doute imaginé, conçu et dessiné à la fin de l’année 1969, ce logo « donné » par le CERES au Parti socialiste au lendemain du congrès d’Épinay en 1971, a une histoire mouvementée. Il a connu un énorme succès national, européen puis international dans les années 1970 et 1980. Il a pourtant failli disparaître en 1993, avant de revenir en grâce en subissant un léger lifting. Dans les années 2000, ses pétales verdissent, il résiste comme une sorte d’indice, et accueille d’autres éléments.

Cette affiche est représentative de l’esthétique post-mai 68 avec cette photographie solarisée de la capitale. Son message désigne un adversaire (« contre les profiteurs ») en noir, celui qui va le combattre (« Avec le parti socialiste, prenez votre destin en main ») en rouge, et le fameux logo comme signature en face de l’objectif affiché, en haut à gauche. La direction est indiquée.

Allons plus loin. L’émetteur affiché est le Parti socialiste, en lettre rouge, mais en dessous apparaît, en plus petit le vrai commanditaire, la fédération de Paris. La symbolique est claire, le parti socialiste à Paris est celui qui tend la main, et prépare un destin meilleur pour la Capitale. Mais pas seulement, il semble aussi offrir au PS, un autre destin. La fédération de Paris entend alors montrer un nouveau visage, une nouvelle dynamique, et ainsi marquer ses distances avec le PS alors dirigé par Alain Savary qu’elle estime trop timide, et pas assez à gauche. Le « nouveau » PS ne le reprendra pas, et les tensions seront vives entre le CERES et la direction du PS, anticipant les alliances du congrès d’Épinay.

Qui a eu l’idée de ce logo ? Didier Motchane en a revendiqué la paternité dans un ouvrage paru en 2010, d’autres militants socialistes (Georges Sarre, Paul Calendra… ) également. Mais ils s’accordent tous sur le fait que sa traduction graphique doit beaucoup à Yann Berriet et tout au dessin de Marc Bonnet.

Au-delà du langage graphique, sa place dans l’organisation de la fédération et son sens initial ont été exposés par Georges Sarre lors de la présentation de cette affiche à la presse le 11 février 19701 :

« Je voudrais cependant, pour conclure, souligner quelques points qui sont l’armature du programme d’action fédéral décidé en novembre dernier et mis activement en application depuis.

– Nous voulons être plus nombreux : le militantisme n’est guère naturel au Français… et je me dis quelques fois aux êtres humains, car il exige bien des efforts et bien des sacrifices. Nous voulons cependant, surmontant cet obstacle, mettre tout en œuvre pour faire venir à nous des centaines et des milliers de militants. Pour ce faire, nos moyens sont les suivants :

  • Propagande « classique » par affiches, tracts, réunions. Je vous dois à ce propos quelques explications sur l’affiche qui est en cours de collage et que vous voyez dans cette salle. Ce poing t,tenant une rose à pour nous, et nous espérons pour tout le monde, le sens suivant : l’épanouissement que seul permettra le socialisme (la rose) be sera possible que par la lutte (le poing).
  • rôle essentiel des sections d’entreprises et universitaires. […] »

Cette affiche sera diffusée plus largement lors des élections municipales de 1971. Le logo sera repris comme illustration principale des affiches du PS d’Épinay dès l’automne 1971, alors que Georges Sarre est chargé de la propagande. Un des premiers slogans qu’il illustre est « Tout est possible », reprise d’un mot d’ordre lancé par Marceau Pivert en 1936. Du neuf avec du vieux.

FC

(1) Volonté socialiste, mensuel du CERES, février 1970.

Pour aller plus loin.
Frédéric Cépède, «Le poing et la rose», un symbole devenu encombrant ? Retour sur la saga d’un logo (1970-2017), Histoire@politique, n°36.