Tous les articles par Robert Chapuis

L’État providence plébiscité par ROBERT CHAPUIS

En 1981, l’OCDE publiait un rapport sur « La crise de l’État protecteur ». Depuis cette date, de multiples enquêtes ont tenté de percevoir la nature et l’évolution des attentes de l’opinion publique à l’égard de l’État providence. Enseignant-chercheur à Sciences-Po Grenoble, Frédéric Gonthier a voulu en produire les résultats et en tirer de premières conclusions. Ce travail est évidemment particulièrement utile à l’heure où l’on s’interroge sur l’avenir des politiques sociales en France et en Europe, avec les conséquences politiques qui en découlent.
Continuer la lecture de L’État providence plébiscité par ROBERT CHAPUIS

Aimerons-nous nos politiques… en 2022 !, par ROBERT CHAPUIS

Les élections de 2017 invitent à se tourner vers l’avenir. Pour autant le passé peut nous éclairer : qui allons-nous donc détester durant les mois prochains ?….
À propos du livre de Emiliano Grossman et Nicolas Sauger, Pourquoi détestons-nous autant nos politiques ?, Presses de Sciences Po, 2017, 176 p, 13 € Continuer la lecture de Aimerons-nous nos politiques… en 2022 !, par ROBERT CHAPUIS

Quand le temps travaille l’engagement, par ROBERT CHAPUIS

temps_politique_muxelPetit livre mais grand sujet, puisqu’il s’agit d’analyser « les recompositions de l’identité ». On constate en effet que les fidélités politiques ont cédé la place à des mouvements d’opinion dont il n’est pas facile de saisir la source. Pascal Perrineau prend d’ailleurs un exemple frappant : le gaucho-lepénisme. Comment peut-on passer, comme on le voit avec l’interview de Fabien Engelman, devenu maire d’Hayange, du militantisme à Lutte ouvrière au début des années 2000 à un engagement pour le FN dix ans plus tard ?
À propos du livre d’Anne Muxel (dir.), Temps et politique. Les recompositions de l’identité, Sciences Po Les presses, 2016, 204 p, 18 € Continuer la lecture de Quand le temps travaille l’engagement, par ROBERT CHAPUIS

Une autre économie est-elle possible ?, par ROBERT CHAPUIS

Duverger_ESS_LOURS460L’Histoire se confond le plus souvent avec celle des États. Mais on ne peut en rester aux superstructures. On interroge le quotidien, la vie sociale, la relation économique. Le sous-titre que Timothée Duverger a donné à la thèse qu’il a soutenue à l’université de Bordeaux élargit encore cette dimension puisqu’il veut écrire « une histoire de la société civile en France et en Europe de 1968 à nos jours ». L’émergence de l’économie sociale et solidaire sert de révélateur. Continuer la lecture de Une autre économie est-elle possible ?, par ROBERT CHAPUIS

La démocratie de confiance, par Robert Chapuis

RosanvallonSiteDepuis un quart de siècle, Pierre Rosanvallon consacre l’essentiel de sa réflexion à l’avenir de la démocratie, de notre démocratie. On la dit en crise. En fait, pour lui, la crise porte sur notre modèle démocratique lié à la représentation. Au rapport représentés-représentants se substitue aujourd’hui, pour les citoyens, le rapport gouvernants-gouvernés. Pour permettre un nouvel âge de la démocratie, il faut donc poser la question du pouvoir exécutif et celle de son contrôle. Continuer la lecture de La démocratie de confiance, par Robert Chapuis

Maurice Ducreux, prêtre et urbaniste, par ROBERT CHAPUIS

Prevot_Ducreux_UrbanismeA propos du livre Maryvonne Prévot, Catholicisme social et urbanisme. Maurice Ducreux (1924-1985) et la fabrique de la Cité, préface de Gabriel Dupuy, Rennes, PUR, 2015, 314p, 19€
Article publié dans L’OURS 451, septembre-octobre 2015, page 6.
Curieux titre heureusement précisé par un sous-titre : « Maurice Ducreux (1924-1985) et la fabrique de la Cité ». Maryvonne Prévot livre un ouvrage fort intéressant sur les années 50, 60 et 70 (les trente glorieuses ?) à travers deux angles de vue : l’engagement de chrétiens de gauche et l’évolution urbaine dans un nouvel aménagement du territoire. Rien à voir par conséquent avec le terme de « catholicisme social » qui fleure bon la fin du XIXe siècle ! Continuer la lecture de Maurice Ducreux, prêtre et urbaniste, par ROBERT CHAPUIS

Habermas, la pensée et l’agir, par Robert Chapuis

Marier la philosophie et les sciences humaines, tel est le projet et aussi la méthode de Jürgen Habermas, philosophe contemporain majeur (né en 1929), souvent invoqué comme une conscience morale de l’action politique. Son œuvre a fait l’objet de la thèse d’Isabelle Aubert, désormais maître de conférences en philosophie à Paris I. Elle connaît toute l’œuvre d’Habermas, mais aussi l’essentiel de la philosophie éditée depuis le milieu du XXe siècle ! Continuer la lecture de Habermas, la pensée et l’agir, par Robert Chapuis